On en sait un peu plus sur l’intérieur de Bennu

Bennu est un astéroïde se trouvant à plus de 321 millions de kilomètres de la Terre. En 2018, la NASA a réussi à mettre la sonde de recherche OSIRIS-REx en orbite autour de lui. Depuis, les chercheurs ont pu étudier de près l’objet spatial, et la sonde a d’ailleurs pu prélever des échantillons provenant de sa surface. 

Récemment, une étude a été publiée dans la revue Science Advances et décrit les résultats obtenus par l’équipe OSIRIS-REx de l’Université du Colorado Boulder concernant l’intérieur de Bennu. Selon l’article, l’astéroïde serait moins dense et moins dur à l’intérieur comparé à l’extérieur. Les scientifiques sont arrivés à cette conclusion après avoir étudié pendant presque deux ans le champ de gravité de Bennu en se basant sur les mesures effectuées par les instruments de la sonde spatiale.

Crédits Pixabay

Avec les astéroïdes qui ne cessent d’évoluer, les chercheurs craignent que cette différence de dureté et de densité ne finisse par briser Bennu, et ce peut-être dans moins d’un million d’années.

Une évolution constante

Selon le professeur Daniel Scheeres, co-auteur de l’étude, les astéroïdes changent au cours du temps, et bien plus que ce que les gens pensent. Ils changent par exemple à cause des rayons du Soleil qui peuvent affecter leur mouvement de rotation, ou encore à cause des collisions avec d’autres astéroïdes. Scheeres explique alors que pour étudier comment se passe ce changement, il faut en savoir plus sur ce qu’il se passe à l’intérieur.

L’on sait qu’un phénomène assez particulier a aidé les chercheurs derrière cette étude à analyser l’intérieur de Bennu. OSIRIS-REx a en effet détecté que des petits morceaux de matière, certains de la taille d’une bille, semblent sortir de l’astéroïde pour s’échapper dans l’espace. Parmi ces petits « cailloux », il y en a plusieurs qui tournent autour de Bennu pour ensuite retomber au niveau de la surface. A partir du mouvement de ces cailloux, l’équipe de scientifique a pu étudier de très près comment fonctionne le champ de gravité du rocher spatial.

Des résultats surprenants

Le suivi des petits cailloux n’a toutefois pas été la seule méthode utilisée par les chercheurs. Ils ont combiné les observations faites à partir de ce procédé avec les données enregistrées par la sonde OSIRIS-REx. Ces données correspondent à des mesures précises concernant la façon dont l’astéroïde a affecté la sonde pendant une période de plusieurs mois.

C’est à partir de ce travail sur le champ de gravité que les scientifiques ont pu conclure, non sans surprise, que l’intérieur de Bennu n’était pas homogène. D’après eux, les mesures obtenues ne peuvent s’expliquer que par le fait que certaines parties de l’intérieur de Bennu sont plus denses que d’autres. Aussi, certaines des parties les moins denses semblent se trouver autour de la partie renflée de l’astéroïde au niveau de son équateur, ainsi qu’en son centre. « C’est comme s’il y avait un vide au centre de Bennu », explique Scheeres.

Par rapport à la cause de cette structure assez particulière, les chercheurs suggèrent que la rotation de l’objet pousse lentement la matière du centre de l’astéroïde vers la surface. Cette rotation s’accélère d’ailleurs avec le temps, et finira par détruire le rocher spatial. Les scientifiques attendent aujourd’hui que l’échantillon prélevé sur Bennu arrive sur Terre pour pouvoir être analysé. Cela permettra de déterminer la cohésion entre les grains, une propriété physique qui affecte la distribution de la masse observée au cours de l’étude.

Mots-clés bénou