On en saura peut-être bientôt plus sur la disparition des Minoens

Le volcan Thera se trouvant sur l’île grecque de Santorini est connu pour être derrière la disparition de la civilisation des Minoens. Toutefois, jusqu’ici, les scientifiques ne connaissent pas la date exacte de l’éruption qui fait partie des plus grosses éruptions volcaniques que l’humanité ait jamais connues.

Charlotte Pearson, professeur adjoint en dendrochronologie et en anthropologie à l’Université de l’Arizona, a décidé d’employer la science de la datation utilisant les troncs d’arbres pour résoudre le mystère de Thera. Pearson avait identifié un anneau inhabituellement clair sur un ancien tronc d’arbre sans trop y penser. C’est seulement trois plus tard qu’en utilisant une nouvelle technologie et une nouvelle méthodologie qu’elle s’est rendue compte qu’il pouvait s’agir d’un indice sur l’année qui a vu la disparition des Minoens.

Crédits Pixabay

Dans un article publié dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences, Pearson et ses collègues détaillent ainsi leur travail basé sur une approche hybride qui donne comme résultat l’année 1 560 avant J.C.

Les troncs d’arbres, ces capsules temporelles

Les spécialistes de la dendrochronologie le savent, les arbres poussent en suivant les conditions de leur environnement local. Chaque anneau de croissance que les arbres produisent chaque année enregistre les informations comme la quantité de pluie, la température ou encore les conditions du sol.

On peut ainsi avoir des informations concernant des périodes allant jusqu’à des milliers d’années en combinant plusieurs anneaux.

Selon Pearson, le seul problème c’est que dans la région de la Méditerranée, on ne peut pas obtenir d’enregistrement continu allant jusqu’à l’époque de Thera. Son équipe a pu avoir des données sur les 2 000 dernières années, cependant, avant cette période, il y a une lacune qui empêche de faire un lien avec les périodes enregistrées bien avant. C’est ce que les scientifiques appellent une « chronologie flottante ». Il a ainsi fallu trouver un moyen pour essayer de combler cette lacune.

Combiner les méthodes

L’équipe de Pearson s’est tournée vers les rayons cosmiques pour essayer de résoudre leur problème. Ces rayons, lorsqu’ils pénètrent l’atmosphère de notre planète, entrent en collision avec des atomes d’azote et créent le carbone 14 qui est une version radioactive du carbone, et qui se propage partout sur la planète. Tout ce qui vit sur Terre, incluant les anneaux des arbres, reçoit ainsi le carbone 14 et devrait présenter le même motif.

L’équipe de Pearson a examiné les motifs de carbone 14 sur d’anciens troncs d’arbres provenant de Gordion en Turquie pour fixer la chronologie et éviter la chronologie flottante. Ils ont pu confirmer leurs résultats en les comparant à des anneaux datés de pins de Bristlecone provenant de l’ouest américain, et ayant vécu au même moment que les arbres de Gordion.

Selon Matthew Salzer, qui fait partie de l’équipe, lors des grosses éruptions volcaniques, il y a un anneau de givre qui se forme dans les troncs de pins de Bristlecone. Ils ont ainsi décidé de comparer ces anneaux avec ceux des arbres provenant de la région de la Méditerranée qui réagissent à une éruption en produisant un anneau plus large. Ils ont ainsi pu conclure que les anneaux de givre correspondaient bien aux anneaux larges de la Méditerranée.

En procédant à d’autres analyses utilisant des rayons X, ils ont pu donner une date à l’éruption de Thera, autour de 1 560 avant J.C. C’est ainsi l’année probable de la fin de la civilisation des Minoens.