On pense savoir ce qui a provoqué la chute de la Civilisation de la vallée de l’Indus

Connue aussi sous le nom de Civilisation harappéenne, la Civilisation de la vallée de l’Indus est une civilisation contemporaine de la Mésopotamie et de l’Égypte ancienne datant de l’Âge de bronze. Elle était localisée dans la région du Pakistan actuel et vers le nord-ouest de l’Inde, et s’étendait sur les plaines du fleuve Indus. D’après les résultats des recherches archéologiques, la civilisation aurait connu une période florissante aux alentours de 5 500 avant notre ère, mais a quand même fini par s’effondrer.

Plusieurs hypothèses tentent d’expliquer les causes de l’effondrement de la Civilisation de la vallée de l’Indus, allant des attaques d’ennemis à des cataclysmes naturels. Récemment, un scientifique américain d’origine indienne du nom de Nishant Malik a révélé dans une nouvelle étude une autre théorie sur la cause probable du déclin de la civilisation.

Crédits Pixabay

Selon Malik, la chute de la Civilisation de la vallée de l’Indus serait plutôt liée au changement climatique qui s’est manifesté à l’époque par un changement des modèles de mousson.

Une étude des séries chronologiques des paléoclimats

Nishant Malik est professeur adjoint au School of Mathematical Studies du Rochester Institute of Technology. Son étude sur les causes de l’effondrement de la Civilisation de la vallée de l’Indus a été publiée dans le journal Chaos : An Interdisciplinary Journal of Nonlinear Science.

Malik a développé une nouvelle technique permettant de mettre en évidence la relation entre les modèles de mousson changeants et le déclin de l’Indus. Pour ce faire, le scientifique a effectué des recherches sur les séries chronologiques des paléoclimats. Il a ainsi rassemblé des données qui pourraient nous en dire plus sur les climats du passé à partir d’observations indirectes.

Grâce à la mesure de la présence d’un certain isotope contenu dans les stalagmites d’une grotte qui se trouve en Asie du Sud, l’équipe de Malik a pu récolter des données sur les pluies de mousson dans la région au cours des 5 700 dernières années. Selon le scientifique, les données obtenues lors de l’analyse du paléoclimat sont habituellement constituées d’une courte série chronologique qui est parfois accompagnée de bruits et d’incertitudes.

Malik a aussi expliqué que les systèmes dynamiques sont les plus utilisés pour comprendre le temps et le climat.

La meilleure théorie à ce jour

Depuis plusieurs années, les scientifiques tentent de résoudre le mystère de la chute de la Civilisation de la vallée de l’Indus. Plusieurs théories ont ainsi été proposées. Parmi les causes invoquées, il y a par exemple l’invasion par les populations extérieures, dont les Indo-Aryens, les tremblements de terre, ou encore les inondations provoquées par les crues de l’Indus.

Pour Malik et son équipe, l’explication serait beaucoup plus simple et n’est autre que le changement climatique. Les scientifiques ont en effet trouvé des preuves mathématiques pouvant impliquer un changement significatif dans la dynamique de la mousson juste avant le déclin de la civilisation, ce qui aurait finalement mené à la disparition de la civilisation entière.

Ainsi, parmi toutes les théories avancées à ce jour, celle de Malik et de son équipe fait partie des plus probables. Qui sait ? D’autres études pourront peut-être un jour offrir d’autres explications.

Mots-clés anthropologie