On pense savoir où est passée la glace disparue de la Terre

Depuis des années, les études sur les cycles glaciaires-interglaciaires mentionnent une certaine quantité de glace disparue de la Terre sans pour autant préciser où celle-ci est allée. Des chercheurs pensent maintenant avoir résolu ce mystère.

Mais où est donc passée la glace disparue de notre planète au cours de la dernière période glaciaire ? Voilà une question que bon nombre de scientifiques continuent de se poser. Lorsque les températures augmentent, d’importantes quantités de glace fondent et se déversent dans les océans. Cela a pour effet d’augmenter le niveau de la mer. Toutefois, la question de la glace disparue est un peu plus complexe. 

Crédits Pixabay

Durant les périodes glaciaires, les températures terrestres ont chuté de manière extrême, provoquant une baisse du niveau de la mer. Mais les résultats des études disponibles à ce jour présentent une incohérence. Il existe un écart entre le niveau le plus bas de la mer d’il y a environ 20 000 ans et le volume total des glaces au cours de la glaciation.

Le niveau des océans aurait été d’environ 130 mètres inférieurs à celui d’aujourd’hui selon des analyses effectuées sur des sédiments coralliens. Or, le volume des glaces de cette époque n’était pas assez important pour expliquer un niveau de mer aussi bas.

Une nouvelle modélisation

Le géophysicien Evan Gowan de l’Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine en Allemagne a dirigé une nouvelle étude sur la glace disparue de la Terre. Lui et son équipe pensent avoir trouvé des réponses pour expliquer ce phénomène grâce à une nouvelle modélisation appelée PaleoMIST 1.0.

Le groupe a effectivement réussi à modéliser l’évolution des calottes glaciaires à travers la planète.  Les résultats suggèrent que l’anomalie dans les données antérieures n’est pas un cas de glace manquante. Il s’agirait plutôt d’inférences erronées sur la baisse du niveau de la mer pendant le dernier cycle glaciaire. En effet, le niveau de la mer n’a pas baissé de plus de 116 mètres en dessous de la référence actuelle, avec un volume total de glace estimé environ 42,2 × 106 km3.

Des erreurs à l’origine de la théorie de la glace disparue

Selon l’équipe de Gowan, l’anomalie serait la conséquence d’une dépendance excessive à des indicateurs de champ lointain, notamment des sédiments coralliens, qui ne permettaient pas d’évaluer avec précision le niveau moyen de la mer. Ensuite, vient le problème de l’utilisation d’une méthode défaillante pour estimer les masses glaciaires, à savoir, le rapport isotopique de l’oxygène.