On pense savoir pourquoi les Mayas ont abandonné Tikal

Tikal s’est fièrement dressée pendant plus de mille ans dans la région du bassin de Petén, au nord de ce que nous connaissons actuellement comme le Guatemala, devenant par la même occasion une des plus importantes villes de la civilisation maya.

Toutefois, vers la fin du 9e siècle, la métropole s’est brusquement effondrée, sans la moindre explication.

Les ruines de Tikal, ancienne cité maya

Crédits Pixabay

Et aujourd’hui, nous pensons avoir enfin trouvé l’explication à ce mystère.

Tikal, une des plus importantes cités mayas

Une équipe scientifique dirigée par des chercheurs de l’Université de Cincinnati s’est en effet rendue sur place afin d’analyser les sédiments présents dans les réservoirs de l’ancienne ville. Après analyse, cette dernière a découvert la présence de contaminants toxiques. Des contaminants qui auraient rendu l’eau de Tikal impropre à la consommation.

Les Mayas étaient de formidables bâtisseurs. Pour subvenir aux besoins des populations de leurs villes, ils avaient donc l’habitude de construire de grands réservoirs d’eau potable à travers les quartiers de leurs cités.

L’équipe de recherche, dirigée par le biologiste David Lentz, s’est donc rendue sur les ruines de la cité de Tikal afin de collecter des échantillons dans les dix réservoirs que comptait la ville.

À lire aussi : On a retrouvé d’anciennes ruines maya sous le Mexique

Un problème d’eau et de bactérie

Après les avoir analysés, les scientifiques ont découvert la présence de deux types de cyanobactéries. Ou, si vous préférez, des algues bleues.

Leurs conclusions sont à prendre avec prudence, mais les chercheurs pensent que ces organismes ont existé pendant des siècles dans les réservoirs de la ville, et ce même lorsqu’elle était encore habitée. Toutefois, la situation serait devenue problématique vers le milieu du 9e siècle lorsque Tikal a dû faire face à une longue période de sécheresse.

Les algues seraient en effet devenues plus visibles, entraînant par la même occasion la méfiance des habitants de la ville.

À lire aussi : Grâce à une tablette, nous en savons plus sur un ancien royaume maya

Un empoisonnement au mercure

Il y a plus cependant. En poussant plus loin leurs investigations, les chercheurs ont également découvert des niveaux élevés de mercure dans les sédiments.

Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, ce contaminant aurait été indirectement introduit par les Mayas.

Ces derniers avaient en effet pour habitude de réaliser des fresques sur les murs de leurs villes. Des fresques colorées. Et pour obtenir du rouge, ils avaient pour habitude d’utiliser différents ingrédients… dont le cinabre minéral de couleur rouge, qui est en réalité une forme de sulfure de mercure.

À lire aussi : Les Mayas ont aussi dû faire face à un changement climatique

Une ville qui a été abandonnée par ses habitants

Les chercheurs ne savent pas si les Mayas connaissaient sa toxicité, mais ils pensent que le mercure retrouvé dans les anciens réservoirs d’eau de la ville provenait de ces fresques. Ils sont en revanche sûrs d’une chose, ce mercure aurait suffi à rendre l’eau présente dans ces réservoirs extrêmement toxique pour les habitants de la ville.

En outre, la plupart de ces réservoirs étaient construits à proximité du palais et du temple de Tikal, où vivait l’élite de la cité. Les dirigeants se seraient alors retrouvés dans l’incapacité de la diriger correctement.

En conséquence, les chercheurs pensent que tous ces facteurs combinés ensemble auraient poussé les habitants de la ville à remettre en question les capacités de leurs dirigeants et à quitter leurs maisons, entraînant par la même occasion l’effondrement de Tikal.

L’étude se trouve ici.

Mots-clés archéologiemaya