On sait d’où vient la masse poreuse qui flotte vers l’Australie

Au cours de ces derniers mois, une énorme masse de roches flottante a été vue en train de dériver à travers la partie sud-ouest du Pacifique en direction de l’Australie. Ce phénomène assez inhabituel a attiré l’attention de nombreux médias depuis sa découverte en été. Toutefois, on ne savait pas encore l’origine de ce que beaucoup désignent comme un radeau de pierres ponces.

À présent, une équipe de scientifiques du GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel a réussi à déterminer l’origine de la masse flottante. Il s’agit d’un volcan sous-marin obscur et sans nom situé à 50 km au nord-ouest de l’île Vava’u aux Tonga.

Crédits Pixabay

Selon le Dr Philipp Brandl de GEOMAR et premier auteur de l’article publié dans la revue Journal of Volcanology and Geothermal Research, la littérature scientifique internationale donne juste le numéro 243091 au volcan en question, ou encore le nom de Volcano F.

La masse flottante, qui est constituée de milliers de petites pierres ponces pouvant flotter grâce à leur structure poreuse, a été repérée au début du mois d’août 2019. L’ensemble des pierres forme un radeau géant avec une superficie de plus de 167 km².

Comment ont-ils repéré le volcan ?

D’après ce qui est écrit dans l’article, les scientifiques ont pu localiser la source des pierres ponces en utilisant des images prises par le satellite de l’ESA, Copernicus Sentinel-2, et qui sont accessibles gratuitement.

Sur les images, ils ont découvert des traces claires d’une éruption volcanique sous-marine dans la partie sud-ouest du Pacifique qui correspondaient parfaitement au débordement de pierres ponces.

D’après les explications du Dr Brandl, les traces de l’éruption correspondent exactement au Volcano F. Il y avait seulement deux stations qui enregistraient des signaux sismiques d’une éruption volcanique. Cependant, leurs données sont cohérentes avec le fait que Volcano F est l’origine.

La destination finale

Les pierres ponces se forment quelques fois lorsque de la lave liquide est éjectée par un volcan sous-marin. Les gaz se dissolvent dans le magma et forment des bulles qui vont être retenues prisonnières au moment où la roche se refroidit rapidement au contact de l’eau froide.

D’après la vitesse actuelle et la direction du banc de pierres ponces, on s’attend à ce que celui-ci atteigne la région de la Grande Barrière de Corail vers la fin du mois de janvier ou le début du mois de février 2020. Lorsque les pierres ponces atteindront cette destination finale, il est probable qu’elles déversent une certaine quantité de microorganismes sur le récif, et d’après les scientifiques, cela pourrait aider à le reconstituer.