On sait peut-être ce qui a provoqué le basculement d’Uranus

Si la majorité des planètes suivent l’orientation inverse des aiguilles d’une montre, il n’en est rien pour Uranus. Non seulement la planète va dans l’autre sens, mais l’axe de sa rotation est de 98° depuis son orbite. Il faut dire qu’elle relève d’un cas bien particulier.

En cause, elle semble avoir subi un choc assez violent avec un ou plusieurs corps célestes. C’est du moins ce que les chercheurs ont toujours cru. Or, de nouvelles données viennent remettre en cause cette hypothèse.

Crédits Pixabay

Les astronomes américains ayant réalisé la recherche ont avancé une autre explication à ce phénomène. Ils ont évoqué la présence d’un système d’anneaux géants autour de la planète couchée qui a provoqué son inclinaison. Au vu des preuves apportées par Cassini, les arguments scientifiques infirmant le modèle actuel semblent tenir la route.

Toujours est-il que ce raisonnement ne résout que partiellement le mystère sur la position d’Uranus. Les détails de la recherche publiés dans la revue The Astrophysical Journal laissent entrevoir une autre possibilité.

La théorie de collisions infirmée ?

Les caractéristiques de la planète rejettent la théorie de la collision avec des corps célestes. En premier lieu, Neptune et Uranus ont la même période de rotation. Ils seraient, ainsi, nés au même moment. Cela aurait été impossible si la septième planète a connu ce basculement.

Pareillement, la glace sur les lunes de cet astre aurait fondu à cause de la chaleur intense générée par l’impact. Or, elles sont essentiellement formées de roche et de glace, sans compter que leur équilibre en termes de taille et de distance dans l’espace est bien respecté.

À cause de la résonance spin-orbite ?

Les astronomes de l’université du Maryland, Zeeve Rogoszinski et Douglas Hamilton, proposent le concept de la précession. Cette idée soutient la présence d’un système d’anneaux autour d’Uranus. À l’image d’une toupie, la planète aurait pu tourner sur son axe au point de créer une inclinaison sous une autre condition liée à la précession orbitale.

C’est un autre phénomène par lequel l’ellipse se déplace autour du soleil petit à petit. Le lien entre ces deux mouvements est surnommé « la résonance spin-orbite ». Elle s’effectue autour de deux corps au minimum et serait à l’origine de cette particularité d’Uranus.

Toutefois, les astronomes ont précisé que « réduire les masses et le nombre d’impacteurs géants de deux ou plus à un seul augmente la probabilité de produire les états de rotation d’Uranus d’environ un ordre de grandeur ».

Puisque l’explication nouvellement apportée n’aurait pu causer qu’une déclinaison de 70°, cela justifierait le 28° restant.

Mots-clés uranus