On sait peut-être d’où viennent les bulles de Fermi

Situées de part et d’autre du centre galactique de la Voie lactée, les bulles de Fermi sont des structures rayonnantes en forme de « 8 » orientées perpendiculairement au disque galactique.

Elles ne sont pas visibles à l’œil humain, mais elles diffusent des informations qui nous parviennent sous forme d’ondes radio, de rayons X et de rayons gamma. Jusqu’ici, les scientifiques ne savent pas vraiment d’où viennent ces étranges bulles de Fermi.

Une photo de la Voie lactée, prise depuis la Terre

Crédits Pixabay

Mais une équipe de chercheurs pense avoir enfin résolu le mystère.

Une énorme onde de choc à l’origine des bulles de Fermi

Les bulles de Fermi, uniquement visibles dans la lumière des rayons gamma, sont des orbes jumelles de gaz, de rayons cosmiques et de poussière qui émergent du centre galactique, de part et d’autre du trou noir central de la galaxie. Elles s’étendent sur environ 50.000 années-lumière (soit à peu près la moitié du diamètre de la Voie lactée elle-même), et ont l’apparence des deux ailes d’un énorme papillon de nuit.

À l’aide de plusieurs simulations informatiques, les scientifiques à l’origine de la nouvelle étude, publiée le 14 mai dernier dans The Astrophysical Journal, ont montré que les bulles de Fermi et les structures à rayons X à proximité pouvaient avoir été formées subitement à la suite d’une énorme onde de choc provenant du trou noir central de la galaxie (appelé Sagittarius A* ou Sgr A*).

Les chercheurs pensent que cette onde de choc a peut-être été provoquée par l’expulsion soudaine par le trou noir de deux énormes jets de matière ionisée, qui se sont dispersés dans des directions opposées à une vitesse proche de celle de la lumière. Un phénomène que les astronomes ont déjà observé.

À lire aussi : Il se passe quelque chose avec les bulles de Fermi

Un million d’années environ pour former les bulles de Fermi

En partant de l’hypothèse que les jets étaient suffisamment larges et puissants, les chercheurs écrivent qu’ils auraient pu créer des ondes de choc jumelles qui se sont répandues de chaque côté du centre galactique à travers le gaz chaud. Les structures à rayons X en forme de sablier, autour des bulles de Fermi, se seraient alors formées lorsque les ondes de choc ont comprimé et chauffé le gaz.

Puis, les bulles elles-mêmes se sont formées à mesure que les bords des ondes de choc s’étendaient (dans les deux sens) dans l’espace intergalactique sur des milliers d’années-lumière. Les chercheurs estiment que l’ensemble du processus a pu prendre environ un million d’années pour s’accomplir.

À lire aussi : Retour sur le paradoxe de Fermi