On sait pourquoi le pôle nord magnétique est en train de se diriger vers la Sibérie

On a tous entendu parler du fait que la boussole pointe toujours vers le nord. En fait, l’aiguille ne pointe pas vers le pôle nord géographique de la Terre, mais plutôt vers le pôle nord magnétique. Ce dernier n’est pas stationnaire mais reste dans un état permanent d’évolution.

Depuis que les scientifiques l’ont étudié dans les années 1830, le pôle nord magnétique s’est déjà déplacé d’environ 2 250 km à travers l’hémisphère nord, du Canada vers la Sibérie. Entre 1990 et 2005, le taux de déplacement est passé de moins de 15 km par an jusqu’à environ 50 à 60 km par an. Une étude publiée dans la revue Nature Goescience propose une explication à ce phénomène de déplacement. Les changements seraient dus au va-et-vient de deux « blobs » magnétiques de matière en fusion à l’intérieur de la planète, provoquant un déplacement du champ magnétique à l’échelle globale.

Champ magnétique terrestre
Crédits 123RF.com

La cause du déplacement du pôle nord magnétique

Le pôle nord magnétique, c’est le point où le champ magnétique de la Terre converge verticalement vers le bas. Sa forme est dictée par le fer en fusion qui se déplace à l’intérieur de la planète en suivant des courants de convection.

Selon les explications des chercheurs, le récent déplacement vers la Sibérie semble être causé par une anomalie dans la configuration de l’écoulement à l’intérieur de la Terre. Cette anomalie serait survenue entre 1970 et 1999.

Cette anomalie a provoqué un allongement  du blob canadien, ce qui lui a fait perdre son influence sur la magnétosphère. Le pôle nord magnétique a ainsi commencé à se déplacer vers la Sibérie.

Selon le Dr Phil Livermore, chercheur au School of Earth and Environment de l’Université de Leeds au Royaume-Uni et premier auteur de l’étude, deux portions de champ magnétique contrôlent la position du pôle nord magnétique. Historiquement, c’est la portion qui se trouve au Canada qui remporte le « match » face à celle de la Sibérie. Mais comme la portion canadienne s’est affaiblie, la portion sibérienne est devenue plus forte.

Les données utilisées

Au cours de leur étude, les chercheurs ont utilisé des données collectées par les satellites Swarm de l’ESA. Ce trio de satellite tourne autour de la Terre en mesurant précisément les signaux magnétiques qui proviennent de la planète, notamment du noyau, du manteau, de la croûte, des océans, de l’ionosphère et de la magnétosphère.

D’après les scientifiques, il est important de faire le suivi du champ magnétique terrestre. Ce dernier sert en effet de bouclier de protection contre les radiations solaires, mais il est aussi nécessaire pour le fonctionnement des systèmes de navigation comme la boussole ou encore le GPS.

SOURCE: IFLScience

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.