On sait qui est à l’origine des crop circles dans le Bas-Rhin

Le mercredi 19 juin 2019, un crop circle a été repéré dans un champ de blé à Blaesheim (Bas-Rhin). Notons qu’un crop circle est un ensemble de motifs géométriques réalisés par flexion et couchage des épis. L’impressionnant chez d’œuvre est rapidement devenu viral sur Internet.

Certains ont bien entendu émis l’hypothèse selon laquelle il s’agit de l’œuvre d’extraterrestres. Néanmoins, l’explication est un peu plus triviale.

Crop Circle

Crédits Pixabay

Lorsque le mystère de ces étranges motifs géométriques a inondé les médias sociaux, une enseignante locale a déclaré qu’ils ont été dessinés par ses élèves. Ils auraient été réalisés par des écoliers de deux classes de sixième du collège Jean Sturm, le lundi 17 juin. Le travail ne leur aurait pris que 3h30mn.

L’institutrice a expliqué que l’initiative a été prise dans un cadre pédagogique. De manière inattendue, elle a également fait parler de la ville.

Un exercice de géométrie plus important et plus complexe

L’idée vient de Françoise Evrard, professeure de mathématiques au collège Le Gymnase Jean-Sturm. Elle lui serait venue en regardant un reportage sur les crop circles sur Internet, l’été dernier.

« Enseigner à mes élèves à utiliser leurs outils de géométrie (équerre, compas, etc.), en dessinant des triangles ou des cercles sur un bureau, c’est bien, mais je voulais augmenter un peu la difficulté avec un exercice de géométrie plus important et plus complexe », a-t-elle expliqué.

La pédagogue a souligné qu’il n’y avait rien d’extraterrestre là-dedans. Elle a également précisé que faire le buzz n’était pas le but. Elle a expliqué que l’initiative répond à trois objectifs essentiels : enseigner la géométrie de manière plus ludique, faire comprendre aux élèves qu’il faut savoir trier les informations propagées sur les médias sociaux et leur montrer que les apparences peuvent changer par rapport aux angles de vue, alors que la réalité reste la même.

Un gros travail préparatoire

« C’est depuis septembre que j’y pense. Il a fallu trouver le champ, faire un gros travail préparatoire, ça ne s’est pas fait en quelques jours », a raconté Françoise Evrard.

Le projet a reçu l’approbation de la municipalité. La parcelle de terrain a été accordée par le maire de la commune de Blaesheim, Jacques Baur, et son frère Jean-Philippe, gérants du GAEC Gloeckelsberg. L’établissement Le Gymnase Jean-Sturm a toutefois dû payer un petit dédommagement.

Mots-clés insolite