Ondes électromagnétiques : Orange forcé de rappeler 90.000 téléphones

L’association 60 millions de consommateurs rapporte que Orange a dû procéder au rappel de quelques 90.000 téléphones en France. Il s’agit de téléphones de son cru et plus particulièrement de son “Hapi 30”. Un mobile à clapet ultra-basique, fabriqué par le français Mobiwire, dont le DAS (indice indiquant la quantité d’énergie véhiculée par les ondes radio) dépasse le niveau maximal autorisé par la réglementation actuellement en vigueur.

Ce rappel, dont l’ampleur reste inédite en France jusqu’à présent, a été entrepris par Orange dès la mi-mars. Les clients concernés se sont vus proposer un échange standard en faveur d’un mobile similaire. À noter que l’opération serait toujours en cours et que d’autres téléphones pourraient à l’avenir être concernés.

Orange vient de rappeler près de 90.000 téléphones dont le DAS dépasse le niveau maximal autorisé. Un chiffre qui pourrait croître dans les prochains jours.

Comme le rapporte 60 millions de consommateurs, la législation européenne en matière de DAS a évolué en 2016. Limité à un seuil maximal de 2 W/kg au niveau de la tête et / ou du corps de l’utilisateur, cet indice doit désormais être mesuré à une distance de 0,5 cm du corps contre 2,5 cm auparavant. Une évolution de la norme qui pourrait contraindre d’autres marques et services à procéder à des procédures de rappel semblables.

Orange se veut rassurant, le Hapi 30 n’est pas dangereux pour la santé

“Des mesures réalisées par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) ont permis de détecter un dépassement de la norme du débit d’absorption spécifique (DAS) autorisé” indique l’opérateur français dans son courrier aux 90.000 utilisateurs concernés par cette affaire.

Ce dépassement de 0,1 W/kg, constaté au niveau du corps intervient “lors d’un cas d’usage rarissime : l’envoi d’un MMS sous couverture réseau 2G, alors que le clapet du mobile est fermé et qu’il est plaqué contre le corps” détaille Orange – qui tient avant tout à rassurer ses clients en spécifiant que “Cette non conformité ne présente aucun risque pour la santé ou la sécurité“.

Reste que d’autres téléphones présents sur le marché seraient bel et bien concernés par l’évolution des normes en matière de DAS : “Nous avons enregistré des dépassements sur quelques autres téléphones a ainsi déclaré le directeur général de l’ANFR. Ce dernier promet de publier une liste complète des mobiles concernés d’ici quelques mois, à l’issue d’une procédure qui suit actuellement son cours.

Mots-clés DASondesorange