On sait peut-être qui est derrière l’opération des mystérieux « ronds verts »

L’Aveyron, la Corrèze, la Dordogne, le Tarn, le Gers ou encore le Lot sont depuis plusieurs semaines en proie à un étrange phénomène. De mystérieux  ronds verts sont en effet apparus un peu partout, dans les villes ou bien aux abords des routes. Certains sont directement peints sur des bâtiments, d’autres sur des panneaux de signalisation.

Plusieurs enquêtes ont naturellement été ouvertes, pour ce que les autorités désignent comme des dégradations du bien public.

La photo d'un mur

Photo de Alex Rodríguez Santibáñez – Unsplash

Et il semblerait que ces étranges ronds verts aient finalement un lien avec les milieux complotistes français.

À l’origine des ronds verts, un mouvement anti-oligarchique

D’après la gendarmerie, ces inscriptions auraient été réalisées dans le cadre d’un appel lancé par un collectif opérant sur ces régions. En suivant des messages laissés par cette organisation sur les réseaux sociaux, les enquêteurs ont fini par remonter jusqu’à un homme se présentant comme le chef de file d’un groupe baptisé « Conseil national de transition ».

En effet, le 27 juin dernier, cet homme a publié sur sa propre page Facebook un appel général fin d’apposer dans toute la France des ronds verts, symbole de ce qu’il appelle « la souveraineté du et des peuples sur les politiciens ». Durant les semaines suivantes, les messages se seraient intensifiés, l’homme s’en prenant tour à tour à « la dictature », aux « merdias » ou encore au « confinement ».

Mais l’homme n’opère pas uniquement sur Facebook et il est également à la tête d’un blog appelant à gouverner avec le peuple et pour le peuple.

Il y explique notamment que ces ronds verts ont pour but de représenter « l’union de tous les peuples de la Terre en pais et en liberté ». Pour lui, il s’agit même du symbole d’une « nouvelle civilisation humaine » existant sans les politiciens et sans les sectes dominantes.

À lire aussi : Quand un « cochon mutant » agite la complosphère

Des théories controversées

Il appelle également à créer des Cours Suprêmes dans chaque pays et une Cour Suprême Internationale afin de garantir les droits de tous les peuples, même ceux ne possédant pas de nation.

Néanmoins, il ne s’en tient pas qu’à la politique. L’homme parle également de santé et il accuse notamment les gouvernements et les industries d’empoisonner les peuples. Fervent défenseur de la thérapie holistique, une médecine considérée comme non conventionnelle, il semble également avoir le plus grand respect pour le Dr Rath, un médecin allemand très controversé.

Ce dernier est en effet accusé d’avoir mené des essais cliniques non autorisés et dangereux sur certains patients. La Haute Cour d’Afrique du Sud a même jugé ces tests illégaux et interdit au médecin de poursuivre ses recherches. L’OMS, l’Unicef et l’UNIDS l’ont aussi condamné à plusieurs reprises en l’accusant de pratiquer une publicité mensongère et de se montrer irresponsable.

À lire aussi : Voilà pourquoi le Covid-19 n’a pas pu s’échapper d’un labo

Quatre suspects identifiés

Ce n’est cependant pas son seul fait d’armes. L’Express nous apprend ainsi que l’homme a également dénoncé en 2014 une secte franc-maçonne brésilienne cannibale qui était censée manger des enfants. Une secte dont l’existence n’a bien entendu jamais pu être prouvée. Il est également de ceux qui n’hésitent pas à accuser les chemtrails d’être à l’origine d’un empoisonnement global de la population mondiale.

De leur côté, les autorités ne semblent pas apprécier l’initiative. Les ronds verts ont en effet été déposés un peu partout, et notamment sur du mobilier urbain, des commerces, des statues ou encore des monuments commémoratifs.

Rien qu’en Tard et Garonne, ce sont plus de 188 ronds verts qui ont été comptabilisés. En tout, les forces de l’ordre ont réussi à identifier quatre auteurs et ces derniers devront bien entendu rendre compte de leur action devant la justice.

Mots-clés insolite