Oracle : la restructuration frappe de nouveau Solaris

Le licenciement massif continue chez Oracle. Le 1er septembre 2017, le géant de l’informatique a déposé un avis WARN (Worker Adjustment and Retraining Notification) auprès de l’administration californienne. Cette fois-ci, plus de mille employés seront mis à la porte, notamment ceux qui occupent les locaux de Santa Clara et San Diego. Cette notification entrera en vigueur le 31 octobre 2017.

La firme américaine refuse de commenter sur la crédibilité de cette information, alors que plusieurs tweets d’ex-employés la certifient. « Pour de vrai. Le RIF d’Oracle a touché la plupart des employés de Solaris (et d’autres) aujourd’hui », a mentionné, par exemple, Drew Fisher.

Oracle NetSuite

En effet, il s’avère que l’équipe de Solaris serait la plus touchée par cette vague de départs.

Les produits hérités de Sun Microsystèms

Rappelons que Solaris, un système d’exploitation UNIX propriétaire, a été créé par Sun Microsystèms en 1992. Son développement a été ensuite poursuivi par Oracle après que ce dernier ait racheté Sun en 2009.

Hélas, avec cette vague de licenciement, tout laisse croire que l’avenir de Solaris est flou. D’autant plus que la date de sortie de sa prochaine version, Solaris.Next, a été reportée.

D’autres divisions issues de l’acquisition de Sun Microsystèms seraient aussi en train de connaître le même sort. La réduction de personnel concerne également l’architecture Sparc. Quant à la branche qui est en charge des stockages sur bande ZFS, cette activité a été carrément abandonnée.

Une transition vers le cloud

Il y a quelques jours, l’éditeur américain a annoncé vouloir recruter des milliers d’ingénieurs, de consultants et de personnels d’assistance pour travailler sur Oracle Linux. Il s’agit d’un système d’exploitation Open Source Linux qui est compatible à des applications Oracle ainsi qu’à une utilisation générale.

Cela dit, la division hardware semble peut être touchée à sa fin, mais le cloud est en plein essor chez Oracle. Certains employés de Solaris ont même eu la chance d’être transférés au sein de ce service. Clairement, la firme de Lary Elison délaisse peu à peu ses activités traditionnelles pour se consacrer dans le cloud computing.

Les résultats semblent d’ailleurs satisfaisants. Lors de la publication des derniers résultats financiers de l’entreprise, la PDG Safra Catz annonce fièrement dans un communiqué que « Les activités Cloud font grimper les revenus et les bénéfices totaux d’Oracle et améliorent presque toutes les métriques commerciales. »

Mots-clés oracle