Orange et SFR se sont encore faits taper sur les doigts par l’ARCEP à cause de la 2G

L’ARCEP a visiblement une dent contre Orange et SFR puisque les deux opérateurs viennent d’être rappelés à l’ordre par l’autorité, sur la 2G. D’après l’instance, ils ne feraient pas assez d’efforts pour couvrir les zones blanches et ils se focaliseraient ainsi un peu trop sur le haut débit mobile, au détriment du reste. C’est un réel problème, d’autant qu’ils sont censés couvrir l’ensemble du territoire à la fin de l’année.

La 4G se trouve désormais au coeur des campagnes marketing de nos opérateurs. Ils insistent tous sur leur couverture ou sur leurs débits, n’hésitant pas à mettre en avant tous les nouveaux usages permis par le standard.

2G Orange / SFR

Orange et SFR ne feraient pas assez d’efforts sur la 2G selon l’ARCEP.

Le problème, bien sûr, c’est qu’il reste encore de nombreuses zones blanches à travers tout le territoire et ces dernières concerneraient environ 1% de la population française, soit 3 800 bourgs différents.

Orange et SFR viennent de se faire rappeler à l’ordre par l’ARCEP

L’ARCEP a pleinement conscience du problème et l’autorité a ainsi demandé aux opérateurs de corriger la situation au plus vite.

Ils ont donc jusqu’à la fin de l’année pour couvrir l’ensemble du territoire en 2G. Ce qui correspond à 17 zones pour Bouygues Telecom, 8 pour Orange et… 53 pour SFR.

Bouygues Telecom a réalisé d’importants investissements pour respecter sa part du marché mais ce n’est malheureusement pas le cas de ses deux concurrents. D’après l’autorité de régulation, Orange et SFR n’auraient pas assez avancé sur la question et elle a donc décidé de leur adresser un courrier afin de les rappeler à l’ordre.

Pire, le dossier se trouve désormais entre les mains de la formation restreinte de l’ARCEP, cette même formation qui a le pouvoir de voter des sanctions à l’encontre des opérateurs. Si Orange et SFR ne corrigent pas très rapidement le tir, alors ils risquent de s’en mordre les doigts.

Après la 2G, les opérateurs vont devoir mettre un coup de collier sur la 3G

Ils ont donc jusqu’au 31 décembre 2016 pour couvrir l’intégralité du territoire en voix et en SMS. Ensuite, ils auront jusqu’au 30 juin 2017 pour en faire de même avec la 3G. Cette fois, Free sera aussi concerné.

En outre, l’ARCEP a aussi tenu à rappeler aux opérateurs qu’ils devaient continuer à avancer sur la 4G. A l’exception de Free, tous les détenteurs de la bande des 800 MHz doivent ainsi la déployer auprès de 40 % de la population vivant dans les zones peu denses d’ici janvier 2017.

Cette fois, ce serait d’ailleurs Bouygues Telecom et SFR qui seraient un peu en retard par rapport à leurs concurrents.

ARCEP

Mots-clés arceporangesfr