L’Oregon a légalisé le compost humain

Ça y est, c’est officiel ! L’Oregon fait désormais partie des trois états américains à avoir légalisé le compost humain. Washington a ouvert la voie au compostage humain aux États-Unis en 2019. Il a ensuite été suivi par le Colorado. Maintenant, cette pratique est appelée à se démocratiser au pays de l’Oncle Sam.

C’est le 15 juin 2021 que Kate Brown, la gouverneure de l’Oregon, a signé cette loi. On sait qu’elle entrera en vigueur le 1er juillet 2022. Les écologistes se sont réjouis à l’annonce de cette décision. En effet, le compostage humain est plus respectueux de l’environnement. La crémation est une pratique qui favorise le réchauffement climatique. L’inhumation, quant à elle, augmente les risques de contamination des sols et des cours d’eau.

Une forêt sous la brume
Crédits Pixabay

Pour Kate Brown, la signature de cette loi est une réponse à l’intérêt grandissant des habitants de l’Oregon pour le compostage humain.

Une décision inévitable

Au vu du contexte actuel, l’adoption de cette loi était inévitable, selon la députée Pam Marsh.

« C’est une question dont il est difficile de parler ; mais ce n’est pas une décision que nous pouvons éviter », a-t-elle déclaré.

D’après elle, il est important d’offrir plus d’alternatives aux habitants qui sont de plus en plus nombreux à vouloir se tourner vers des méthodes plus respectueuses de l’environnement.

« C’est intéressant pour tous ceux d’entre nous qui cherchent de vrais moyens de repenser notre empreinte écologique, même après que nous ne soyons plus en vie. »

Pour les écologistes, cette loi devrait permettre, à terme, de migrer vers des méthodes funéraires moins polluantes. Les alternatives telles que la crémation consomment beaucoup d’énergie et émettent des substances toxiques. Pour sa part, l’inhumation des corps avec des substances chimiques pollue les sols et les cours d’eau.

A lire aussi : Aux Etats-Unis, une entreprise vous propose de vous transformer en compost à votre mort

Une méthode qui n’est pas faite pour tout le monde

Kate Brown est consciente que le compostage humain n’est pas une méthode qui peut séduire tout le monde. Cette loi s’adresse donc surtout à ceux qui « recherchent vraiment des manières de réfléchir à la façon dont notre empreinte carbone sur Terre continue à se manifester après notre mort. »

Jodie Buller, membre de la Conservation Burial Alliance, fait partie de ceux qui soutiennent cette pratique.

« L’idée que la terre que l’on devient peut ensuite être utilisée pour nourrir des plantes fait vraiment du bien aux gens. »

Aux États-Unis, les personnes qui sont intéressées par le compostage humain peuvent se tourner vers des établissements funéraires comme Recompose. Il a été ouvert en 2019 après la légalisation du compost humain à Washington.