On a trouvé l’origine de la météorite du Botswana

Des scientifiques ont trouvé l’origine du petit fragment de météorite qui a atterri dans le parc national du désert du Kalahari, à Botswana. Ils ont déclaré que celui-ci provenait de Vesta, le deuxième plus grand astéroïde du système solaire. Le télescope du Catalina Sky Survey de l’Université d’Arizona a été le premier à l’apercevoir. En traversant le ciel, l’objet nommé 2018 LA ressemblait à une petite lumière filante.

La roche spatiale a percé l’atmosphère terrestre quelques heures après avoir été repérée et s’est transformée en une boule de feu très brillante. Ce moment a été capturé par SkyMapper, un télescope appartenant à l’Université nationale australienne. En outre, l’atterrissage explosif de la météorite a été filmé en noir et blanc par une caméra de vidéosurveillance.

Crédits Pixabay

Les images ont contribué à la réalisation de la recherche et permis de localiser la provenance de cet objet céleste. Elles ont été obtenues grâce à de nombreuses observations astronomiques faites régulièrement par une équipe internationale de scientifiques.

Des similitudes avec les Sariçiçeks 

Les scientifiques ont, depuis, effectué une fouille dans le parc et ont découvert 23 autres fragments de la météorite de Motopi Pan. Le fait est que l’objet a explosé avant d’entrer dans l’atmosphère. Ils ont alors procédé à l’analyse des isotopes afin de connaitre la composition chimique et la taille originales de l’astéroïde.

D’après l’étude, 2018 LA mesurait, à l’origine, 1,5 mètre de diamètre et avait erré dans l’espace pendant 22 à 23 millions d’années. Sa vitesse était d’environ 60 000 km/h avant l’atterrissage. Une analyse plus profonde a démontré que l’objet présentait des similitudes avec un ensemble de météorites appelé Sariçiçeks tombées en Turquie en 2015.

Des météorites de Vesta ?

« C’est la deuxième fois que nous avions repéré un astéroïde avant qu’il n’atteigne la Terre. Nous avons classé le matériau contenu dans 2018 LA comme étant de la howardite tandis que les autres fragments avaient plus d’affinités avec les diogénites et les eucrites. »

Peter Jenniskens, un astronome météorologique de l’Institut SETI

Les fragments rassemblés sont tous des météorites howardite-eucrite-diogénite (HED) qu’on ne peut retrouver que sur Vesta. Ils contiennent de la lave durcie provenant de cet astéroïde. La trajectoire orbitale de 2018 LA autour de la Terre correspond également ce même point d’origine.

Mots-clés météorite