Mais d’où viennent nos larmes ?

On pleure pour de nombreuses raisons. Certains versent des larmes parce qu’ils sont tristes, heureux, jaloux, fâchés ou encore reconnaissants. Au cours de l’histoire, des chercheurs ont tenté de déterminer l’origine exacte de nos larmes. Malheureusement, jusqu’à aujourd’hui, ils n’ont pas pu résoudre entièrement ce mystère.

Il existe plusieurs croyances concernant nos larmes. Dans les années 1600, les gens pensaient que c’était de la vapeur d’eau qui se formait à la suite d’une émotion qui réchauffait notre cœur. Comme l’écrit Mandy Oaklander dans le Time Magazine en 2016, ils croyaient que « le cœur produisait de la vapeur d’eau pour se refroidir. Cette vapeur remontait ensuite jusqu’à notre tête, se condensait au niveau de nos yeux et s’échappait sous forme de larme. »

Photo d'un homme en larme
Crédits Pixabay

Par la suite, au début du 20ème siècle, les larmes ont servi à identifier des sorcières. Les croyances de l’époque voulaient en effet que celles-ci ne soient capables de verser que trois larmes de l’œil gauche. Bien entendu, tout cela n’est que pure spéculation.

A lire aussi : Quand les sorcières partageaient leurs sorts sur les forums Internet

« Une valve de sécurité »

À l’heure actuelle, certains chercheurs s’accordent à dire que les larmes sont une bonne chose. Selon eux, les pleurs sont une « valve de sécurité » qui nous aident à libérer une « énergie émotionnelle. » Cette hypothèse est soutenue par l’ouvrage intitulé « Crying : The Mystery of Tears » du biochimiste William Frey.

Dans son livre, ce dernier suggère que les larmes nous aident à faire sortir la toxine qui se trouve dans notre corps. En d’autres termes, pleurer nous ferait nous sentir bien. Cependant, cette théorie, à l’instar de la plupart de celles concernant les larmes, n’a pas pu être vérifiée.

Un mécanisme physique qui fait débat

La théorie de William Frey a été réfutée par plusieurs chercheurs. Selon eux, il n’existe pas de preuves concrètes qui permettent de confirmer cette hypothèse. Pour l’heure, les scientifiques ne savent pas encore tout du mécanisme physique qui se cache derrière nos larmes.

Aujourd’hui, on sait que certains d’entre eux considèrent les larmes comme un signal social puissant dont nous nous servons pour faire comprendre à notre entourage que nous avons besoin d’aide. De récentes études tendent à confirmer cela. Des chercheurs ont en effet découvert que les personnes qui pleurent souvent sont plus empathiques et reçoivent plus de soutien social.

Pour le moment, les scientifiques poursuivent leurs recherches dans ce domaine.