Où l’on reparle de la théorie de la simulation

L’hypothèse de la simulation énonce que notre réalité serait en fait simulée. Le réalisateur Rodney Ascher explore ce postulat dans son documentaire A Glitch in the Matrix sorti cette année.

De nombreuses œuvres de science-fiction ont parcouru cette proposition de réalité simulée. Prenons le film The Truman Show de Peter Weir, sorti en 1998. Le protagoniste croit mener une vie tranquille, mais réalise ensuite que toute sa vie n’est qu’un gigantesque plateau de tournage. Ses proches se révèlent être de simples acteurs. Mais l’œuvre la plus notable qui traite de l’hypothèse de la simulation reste le film The Matrix des sœurs Wachowski, sorti en 1999. Le long métrage dépeint un futur dystopique où l’humanité vit dans une simulation virtuelle qui est la Matrice. La prise d’une pilule rouge permet ensuite de sortir de cet univers virtuel.

Une image symbolisant une simulation informatique
Crédits Pixabay

Parce qu’elle implique diverses disciplines comme les sciences cognitives, la physique ou la philosophie, l’hypothèse de la simulation suscite de nombreux débats. Rodney Ascher vient ainsi apporter sa pierre à l’édifice avec son nouveau documentaire.

A lire aussi : Les simulations de l’Univers de plus en plus proches de la réalité

Deux approches de l’hypothèse de la simulation

A Glitch in the Matrix est un documentaire qui ne se contente pas d’exposer le postulat de la réalité. L’œuvre est aussi un mélange de genres. Ascher a su y insuffler un style horrifique pour maintenir le spectateur en haleine. Cela n’est pas fait au détriment de l’aspect brouilleur d’esprit propre aux œuvres de science-fiction. Le documentaire parle de la réalité simulée à travers le regard de ceux qui soupçonnent que le monde dans lequel nous vivons n’est pas réel.

Le réalisateur a accordé un long entretien à Space.com pour parler de son nouveau film. Travailler sur le thème de la réalité simulée n’aura pas fait de lui un adepte de la théorie, ni un détracteur. Le documentariste envisage plutôt deux approches : scientifique et métaphorique. L’approche scientifique de l’hypothèse de la simulation nécessite des preuves. Aucune étude n’a encore été en mesure d’en fournir. Pour la perspective philosophique, il s’agit d’une autre manière de décrire notre monde et notre place dedans.

Quoi qu’il en soit, le concept d’une réalité simulée ne semble pas effrayer les gens. Selon Ascher, les divertissements populaires – comme les films de science-fiction, les dessins animés, les bandes dessinées et les jeux vidéo immersifs – favorisent notre acclimatation à la notion d’existence virtuelle.

A lire aussi : Il y aurait une chance sur deux que nous vivions dans une simulation

Des signes plausibles d’une réalité simulée

Des éléments comme la coïncidence et l’impression de déjà-vu sont souvent évoqués par les adeptes de l’hypothèse de la simulation. Ascher ne se contente pas de reprendre ces points dans son documentaire. Ce dernier propose effectivement de nouveaux arguments cohérents, comme ceux du célèbre philosophe suédois Nick Bostrom. Pour les découvrir, il faut regarder A Glitch in the Matrix disponible sur Amazon Prime Video, Apple TV et Google Play.