Où l’on reparle de la théorie qui fait de Planet Nine un trou noir primordial

Les chercheurs sont convaincus de l’existence d’une planète d’une masse entre 5 et 10 fois supérieure à celle de la Terre. Ce corps céleste se trouve prétendument à environ 30 milliards de kilomètres du Soleil, parmi ce qu’on appelle les objets transneptuniens ou Trans-Neptunian Objects (TNOs) et a hérité de l’appellation « Planet Nine. »

Les théories concernant Planet Nine sont nombreuses. Certains scientifiques pensent qu’il s’agit d’une superterre qui se serait formée à l’origine du Système solaire. D’autres ont avancé l’hypothèse selon laquelle ce serait en fait un trou noir primordial.

La Terre vue de l'espace

Crédits Pixabay

Les chercheurs Jakub Scholtz et James Unwin, des universités de Chicago et de l’Illinois, sont partisans de cette théorie.

Une hypothèse confirmée par des anomalies gravitationnelles ?

Dans une étude publiée le 24 août 2020 dans la revue Physical Review Letters, Jakub Scholtz et James Unwin ont développé leur théorie concernant la véritable nature de Planet Nine.

« Certains de nos confrères imaginent que Planet Nine est une planète flottante qui a été capturée par notre Système solaire. Selon nous, la probabilité pour qu’un trou noir primordial soit capturé de la même manière est comparable. »

D’après eux, de nombreuses « preuves d’anomalies gravitationnelles » confirment l’hypothèse du trou noir. Plusieurs mois après le début de leur étude, des chercheurs de l’université de Tokyo ont analysé une nouvelle fois les données collectées par le projet Optical Gravitational Lensing Experiment (OGLE), qui se concentre sur la découverte de matière noire via des microlentilles gravitationnelles. L’analyse de ces données a permis de détecter la présence d’une population de trous noirs primordiaux, avec une masse de l’ordre de celle de Planet Nine.

À lire aussi : Mais alors, est-ce que Planet Nine existe ?

La détection des rayons X et des rayons gamma pour valider cette théorie

La découverte des chercheurs de l’université de Tokyo a conforté Jakub Scholtz et James Unwin dans leur idée. Selon eux, leur théorie pourra être prouvée si les scientifiques étendent leur recherche à la détection de rayons X et de rayons gamma autour de Planet Nine.

« Tout a commencé à prendre sens quand nous avons réalisé que les halos de matière noire qui entourent les trous noirs primordiaux peuvent être utilisés pour vérifier si Planet Nine est vraiment un trou noir, à cause des rayons X et des rayons gamma qu’ils émettent. »

À travers cette étude, le tandem formé par Jakub Scholtz et James Unwin veut attirer l’attention des autres scientifiques sur l’importance de considérer la possibilité que Planet Nine puisse bien être un trou noir primordial, et non une superterre.

À lire aussi : Des mini sondes pour détecter Planet Nine ?