Oubliez l’Etoile de la Mort, elle n’arrive pas à la cheville de HIP68468

HIP68468 a peut-être un nom à coucher dehors, mais elle n’en reste pas moins redoutable. Elle est même plus dangereuse que l’Etoile de la Mort de l’Empire Galactique, c’est pour dire. Et pour cause puisque cette drôle d’étoile aurait dévoré deux planètes de son système dernièrement. Sacré appétit, n’est-ce pas ?

HIP68468 n’est pas à côté de chez nous. Cette étoile pas comme les autres se trouve en effet à un peu plus de 300 années-lumière de notre planète. Elle partage cependant bon nombre de caractéristiques avec notre Soleil.

Etoile Miam

Notre étoile finira-t-elle par dévorer notre planète ? C’est fort probable.

À commencer par son âge. D’après les études menées par les astronomes, cette étoile aurait environ six milliards d’années, contre un peu plus de 4,5 milliards pour l’astre de notre système.

HIP68468 a visiblement de l’appétit

En marge, elle affiche plus ou moins les mêmes températures et elle offre une composition similaire à celle de notre étoile.

Grâce à ces caractéristiques, HIP68468 a l’insigne honneur de figurer sur la liste des doubles solaires du Soleil. Cela veut aussi dire qu’elle fait l’objet d’observations et d’études régulières. En étudiant ces astres, les chercheurs peuvent en effet mieux comprendre notre propre étoile, et anticiper par la même occasion son évolution dans les millénaires à venir.

Une équipe internationale dirigée par Jorge Melendez de l’Université de São Paulo au Brésil a étudié l’étoile pendant plusieurs mois en utilisant le télescope de l’Observatoire de La Silla au Chili. Après avoir scruté son système, les astronomes se sont intéressés à sa composition et ils ont alors eu la surprise de découvrir une grosse quantité de lithium, une quantité quatre fois supérieure à la plupart des étoiles de son âge.

En poussant plus loin leurs investigations, ils ont aussi trouvé un surplus d’éléments réfractaires et donc de métaux.

Cette découverte les a considérablement ébranlés puisque ces éléments sont surtout abondants dans les planètes rocheuses. Ils n’avaient donc rien à faire dans cette étoile.

Un cas pas si isolé

Comment expliquer ce phénomène ? Les chercheurs pensent tout simplement que l’étoile a absorbé une ou plusieurs planètes de son système. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls à être de cet avis, car Debra Fischer, une astronome travaillant pour l’Université de Yale, estime que cette hypothèse est parfaitement viable.

Le plus surprenant, c’est que cette étoile n’est pas la seule à présenter un excès de lithium. Environ 15 % des soixante doubles solaires surveillés par nos astronomes présentent les mêmes caractéristiques, dans des quantités moindres cependant. En d’autres termes, HIP68468 ne serait pas la seule étoile à s’être fait un gueuleton avec des planètes de son système.

Notre Soleil lui-même pourrait à terme absorber plusieurs planètes voisines, des planètes comme Mercure, Venus ou même la Terre. Il est cependant inutile de creuser un abri antiatomique dans le fond de votre jardin, car si un tel drame doit réellement se produire, alors il ne surviendra pas avant au moins un milliard d’années.

D’ici là et au train où vont les choses, il ne restera sans doute plus grand-chose à détruire.

En attendant, les astronomes ont aussi remarqué que deux autres planètes étaient un peu trop proches de l’orbite de HIP68468. À croire qu’il lui reste encore de la place pour le dessert.

L’étude complète a été publiée sur Astronomy & Astrophysics. Elle est disponible à cette adresse.