Ouf, Adobe a corrigé la faille du Flash Player

Adobe vient une fois de plus de sauver le monde et la pom-pom girl. L’éditeur a effectivement déployé durant le week-end une nouvelle version du Flash Player. Elle corrige la terrible faille détectée la semaine dernière par Trend Micro, une faille qui aurait pu anéantir nos économies et faire tomber tous nos gouvernements. Ou presque.

Cette fameuse faille a fait couler beaucoup d’encre en fin de semaine dernière et cela n’a rien de surprenant car elle a été détectée sur toutes les dernières versions du lecteur.

Correctif Flash Player Adobe

Adobe vient de déployer une mise à jour pour le Flash Player. Elle corrige la terrible faille détectée la semaine dernière.

Des millions de machines étaient donc vulnérables. Les hackers derrière Pawn Storm s’était d’ailleurs en partie appuyés sur cette faille pour l’attaque visant les institutions et les médias.

Adobe a corrigé la faille du Flash Player

Si cette dernière ne vous dit rien, vous pouvez toujours aller lire l’article publié par Trend Micro pour en apprendre un peu plus à son sujet. Il détaille bien l’opération et il liste même les cibles de l’attaque ainsi que les différentes techniques utilisées par les assaillants.

En creusant le sujet, l’éditeur s’est rendu compte que ces derniers s’étaient aussi appuyés sur une faille propre au Flash Player. Il a préféré ne pas rentrer dans les détails mais cette vulnérabilité permettait visiblement à un hacker de prendre la main à distance sur une machine infectée.

Le pire reste à venir car les trois principaux systèmes d’exploitation du marché étaient concernés : Windows, OS X et Linux.

Inutile de le préciser mais Adobe a rapidement mis en place une équipe pour bosser un correctif et elle vient tout juste d’accoucher d’une jolie mise à jour. Pour colmater la faille, il suffit d’installer la nouvelle version du Flash Player en vous rendant sur cette page et en cliquant sur le lien qui va bien.

Après, il y a aussi une autre solution : désinstaller le Flash Player. Mais bon, c’est vous qui voyez.

Via