Et si Oumuamua n’était qu’un iceberg composé d’azote ?

Oumuamua a tout changé. Pour la première fois, nous avons été en mesure de détecter un corps venu d’un autre système que le nôtre. Un voyageur interstellaire qui a donné vie à de nombreuses théories et qui recèle encore de nombreux mystères.

Depuis 2017, année de sa découverte, les études se sont donc multipliées et la dernière en date nous donne un tout autre regard sur un objet qui restera sans doute longtemps dans les annales de l’astronomie.

Et cette fois, il n’est aucunement question d’une sonde extraterrestre.

Oumuamua, d’astéroïde à comète, en passant par sonde extraterrestre

Si Oumuamua fascine autant, ce n’est pas uniquement en raison de son origine lointaine. L’objet était également très différent des astéroïdes et des comètes de notre système. Contrairement à ces derniers, il n’avait en effet pas une forme sphérique et il ressemblait davantage à un cigare allongé.

Plus surprenant encore, lors de son passage dans notre système, le corps a également connu une brusque accélération. Certains chercheurs comme Avi Loeb ont donc émis l’hypothèse que l’objet pourrait ne pas avoir une origine naturelle, et être ainsi une sonde venue d’un monde lointain.

Une théorie très discutée et qui a valu de nombreuses critiques au chercheur.

Alan Jackson et Steve Desch font précisément partie de ceux qui ne croient pas à l’origine artificielle de Oumuamua. Ils ont ainsi profité de la toute dernière édition de la conférence sur les sciences lunaires et planétaires pour présenter leur propre théorie. Une théorie qui ferait de notre visiteur interstellaire un fragment de glace azoté.

A lire aussi : 6 raisons pour lesquelles vous allez adorer la nouvelle messagerie d’Infomaniak

Un objet plein d’incohérences et de mystères

Notre système, comme vous le savez sans doute, ne se limite pas à son étoile et à ses planètes. Il compte aussi un nombre conséquent de comètes et d’astéroïdes, avec dans le lot quelques planètes naines.

Oumuamua, de son côté, ne ressemble à aucun de ces corps, même s’il présenterait potentiellement des propriétés proches de celles des comètes. Pour expliquer la brusque accélération du corps, certains chercheurs ont en effet évoqué un possible dégazage.

Contrairement aux astéroïdes, les comètes ont en effet un coeur de glace. Lorsqu’elles passent à proximité d’une source de chaleur importante, comme une étoile, il arrive ainsi que ce coeur passe d’un état solide à un état gazeux. En cas d’expulsion, la comète peut voir sa vitesse augmenter.

Il reste cependant le problème de la forme de l’objet. A notre connaissance, les comètes et les astéroïdes ne peuvent pas prendre une forme allongée.

A lire aussi : On en sait plus sur l’origine d’Oumuamua

Un iceberg azoté ?

Alan Jackson et Steve Desch ont donc développé une théorie un peu différente. Les deux chercheurs pensent en effet que Oumuamua pourrait être en réalité le fragment d’un corps plus grand. Un corps comme une planète, par exemple.

Ce n’est pas la première fois que cette théorie est évoquée, mais il y a une petite subtilité cette fois. Les chercheurs pensent en effet que le corps pourrait être un fragment de glace azotée, autrement dit un iceberg composé d’azote, un iceberg né d’une possible collision avec un monde assez semblable à Pluton.

L’avantage de cette théorie, c’est qu’elle expliquerait plusieurs des caractéristiques de l’objet, comme sa forme ou encore son accélération, mais aussi sa couleur ou l’absence d’une queue, sans oublier ses variations de luminosité.

A lire aussi : Oumuamua pourrait survivre à son passage dans le système solaire

Peut-être une nouvelle classe d’objets extraterrestres

Reste qu’à l’heure actuelle, nous n’avons jamais observé un fragment de ce type et nous n’avons donc aucun point de comparaison qui pourrait être utilisé pour étayer cette thèse. Alan Jackson et Steve Desch vont d’ailleurs assez loin puisqu’ils évoquent une toute nouvelle classe d’objets.

Mais bien sûr, pour le moment, c’est tout bonnement impossible. C’est impossible, car il faudrait déjà commencer par valider cette théorie, ce qui risque d’être compliqué dans la mesure où Oumuamua n’est plus à portée de nos instruments.

Mots-clés oumuamua