Oups, un satellite secret russe a été vu en train d’espionner un satellite américain

En 2017, l’US Space Force avait accusé la Russie d’avoir lancé un missile dans l’espace. L’incident a suscité des inquiétudes au sein de la branche de la défense américaine en charge du domaine spatial. Dans sa nouvelle stratégie spatiale de défense, le Pentagone identifie la Russie et la Chine comme « les menaces les plus immédiates et les plus graves pour les opérations spatiales américaines ».

En début d’année, Cosmos 2542, l’un des deux satellites lancés par la Russie en 2019 semble s’être trop rapproché du satellite américain KH-11.

Crédits Pixabay

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Plus récemment, le 15 juillet 2020, l’US Space Force a signalé le lancement d’un autre projectile supposé être une arme antisatellite. À l’heure actuelle, les États-Unis, dont une grande partie du système de défense est coordonné par voie satellitaire, sont plus que jamais défiants à l’égard de ce que la Russie manigance. Ces inquiétudes sont partagées par le Royaume-Uni.

Pour sa défense, après le signalement du missile lancé en 2017, la Russie a déclaré qu’il ne s’agit que d’un instrument dont la mission est de surveiller le bon fonctionnement des engins russes en orbite.

Une activité pratiquée régulièrement par la Russie ?

L’incident a été remarqué par Jonathan McDowell, un astronome du Centre d’astrophysique de Harvard-Smithsonian. Il a certifié que, selon les dernières observations, Cosmos 2543, le jumeau de Cosmos 2542, a lancé un objet à plus de 650 km/h.

Selon John Raymond, commandant du Commandement spatial, « le système satellitaire russe utilisé pour effectuer ce test en orbite est le même que celui réalisé au début de l’année, lorsque la Russie a manœuvré près d’un satellite américain ».

Dans un communiqué, ce haut responsable a déclaré que les États-Unis ont fait part de leurs préoccupations à la Russie. Si l’on en croit ses propos, il s’agirait d’une activité pratiquée régulièrement par la Russie. Il pense que le Kremlin continue de soutenir le développement et les essais des systèmes de missile dans l’espace. Il considère que le comportement de la Russie risque de créer une situation dangereuse dans l’espace.

À lire aussi : La Russie a testé un missile capable de s’attaquer aux satellites

Une arène clé de conflit potentiel

Ce qui est certain, c’est que les Américains se basent sur cet argument pour renforcer leur puissance militaire spatiale. Le mois dernier, Stephen Kitay, le sous-secrétaire adjoint à la défense pour la politique spatiale, a déclaré que la Russie travaille constamment pour mettre au point des technologies capables de neutraliser les systèmes spatiaux des Américains et de leurs alliés. Il a souligné que, de ce fait, les États-Unis n’ont pas d’autres choix que de se tenir prêts en se dotant des moyens nécessaires pour se défendre.

« J’aimerais pouvoir dire que l’espace est une mer de tranquillité et un sanctuaire contre les attaques. Mais le fait est que l’espace est contesté », a-t-il souligné. « L’espace est devenu une arène clé de conflit potentiel dans une ère de compétition entre grandes puissances. »