Pakistan : Les médecins charlatans jugés à l’origine de la contamination d’une centaine d’enfants par le VIH

A Ratto Dero, une ville du sud du Pakistan, plus de 600 personnes ont été testées positives au VIH. La plupart des cas sont des enfants âgés de 15 mois à 15 ans. L’enquête est en cours pour trouver les responsables de cette épidémie, mais les agents de santé pensent qu’elle a été causée par des médecins malhonnêtes et non qualifiés.

Dans cette région du Pakistan, ces « charlatans » sont très populaires auprès de la population. Ils sont en effet plus accessibles et moins chers que le personnel médical qualifié.

pakistan

Crédits Pixabay

Les spécialistes de la santé au Pakistan ont déclaré que l’utilisation de matériels contaminés, tels que les seringues, par ces soi-disant docteurs serait à l’origine de la propagation du virus.

Deux épidémies déjà

Les informations communiquées par la BBC indiquent que sur les 607 cas confirmés de contamination au VIH, 75 % seraient des enfants. L’apparition des cas a commencé en février lorsque les enfants ont présenté des symptômes inquiétants comme une fièvre persistante non expliquée. Emmenés à l’hôpital par leurs parents, ils ont été testés séropositifs.

Cette épidémie est au moins la deuxième à avoir touché la province ces dernières années. En 2016, 1 521 personnes, principalement des hommes, ont aussi été infectées. La cause de cette première propagation du virus a été la présence de travailleuses du sexe séropositives dans la région, selon les agents de santé. Ces derniers pensent également que les deux épidémies sont liées, même si la deuxième affecte plus les enfants.

L’avis des spécialistes

De l’avis du Dr Asad Memon qui est à la tête du programme de lutte contre le sida dans le Sind, le virus a été véhiculé au sein du groupe de travailleuses du sexe. Puis, les pratiques laxistes des charlatans ont permis sa transmission à d’autres patients de la région.

Selon un médecin local, il n’y aurait que trois façons pour les enfants de la communauté d’être infectés par le VIH. Il y a la contamination par une mère allaitante séropositive, ensuite il y a la transfusion de sang infecté, et finalement il y a l’utilisation de matériels médicaux contaminés. La plupart des enfants touchés n’ont pas reçu de transfusion de sang et n’ont pas de mère séropositive, d’où la probabilité de la propagation causée par de mauvaises pratiques médicales.

Jusqu’ici, les autorités ont ordonné la fermeture de 500 cliniques douteuses dans la région. Un spécialiste des maladies des enfants a même été arrêté dans la recherche de la vérité sur cette épidémie.

Mots-clés sidaVIH