Panasonic va augmenter la capacité des batteries de Tesla de 10% et réduire l’utilisation du cobalt

Le jeudi 27 août dernier, on vous rapportait que Tesla ambitionne d’augmenter la densité de sa batterie de 50% d’ici 2024. Un objectif qui serait loin d’être irréaliste, compte tenu des dernières informations que nous rapporte TechCrunch, ce mercredi 09 septembre 2020.

Le groupe japonais Panasonic, qui collabore avec le constructeur automobile, vient effectivement d’annoncer qu’il ajoutera une nouvelle ligne de production dans la Gigafactory de Tesla au Nevada, qui va augmenter la capacité des cellules des batteries de Tesla de 10%.

Crédits Unsplash

Pour information, Tesla et Panasonic se sont initialement entendus pour produire 35 gigawattheures de batteries par an. Un objectif qui a été atteint avec 13 lignes de production. Avec cette quatorzième ligne de production, Panasonic vise non seulement à améliorer la densité, mais aussi à réduire les dépenses requises par la production des batteries.

Comment Panasonic compte-t-il y arriver ?

D’après Panasonic, l’ajout de cette ligne supplémentaire va créer 100 emplois supplémentaires au sein de la Gigafactory.

Mais outre l’amélioration de la capacité des cellules des batteries, Panasonic ajoute qu’il doterait les cellules lithium-ion « 2170 », qu’il produit et fournit à Tesla, d’une nouvelle technologie qui améliorera la densité énergétique de 5% par rapport à son état actuel et qui réduira également la nécessité d’utilisation du cobalt, un élément chimique qui en plus d’être rare et cher, cause aussi de nombreux problèmes environnementaux.

Le groupe japonais affirme également qu’en plus d’apporter une amélioration continue, cette nouvelle technologie prolongera l’autonomie de la batterie des modèles 3 et Y de Tesla.

Panasonic souhaiterait éliminer le cobalt des composants des batteries

En réduisant la teneur du cobalt dans les cellules de la batterie de Tesla, Panasonic parviendra ainsi non seulement à réduire le prix desdites batteries, mais peut-être aussi à rendre plus abordables les véhicules du constructeur automobile.

Par ailleurs, l’objectif de Panasonic de se passer du cobalt ne date pas d’hier. L’entreprise a effectivement expliqué en août dernier que « pour contrôler les risques de sécurité associés à une densité plus élevée et à moins de cobalt, Panasonic ajuste la composition et la conception, pour une meilleure stabilité thermique. Une version sans cobalt, d’un autre côté, diminuerait la dépendance à un composant coûteux et controversé qui rend les batteries stables, mais pose des problèmes éthiques étant donné les conditions de travail très critiquées dans le premier pays producteur, la République démocratique du Congo ».

En attendant que le groupe japonais règle ce dilemme avec le cobalt, il semble que Tesla est en bonne voie au niveau de ses batteries. On ne peut pas en dire autant de ses finances…