Panne Twitter : revendiquée par un hacker

Hier soir, Twitter est resté inaccessible pendant un peu plus d’une heure. Stupeur et consternation, d’autant plus que nous n’avons pas eu droit à la Fail Whale habituelle. Etonnant, c’est d’ailleurs ce qui a poussé certains internautes à émettre des hypothèses sulfureuses, pointant ainsi du doigt l’Euro 2012 ou encore l’utilisation de… GIF animés. Et si le service de micro-blogging a démenti toutes ces rumeurs dans un billet publié tôt ce matin sur son blog officiel, un hacker a quant à lui revendiqué la panne Twitter dans la foulée. Intéressant, non ?

Panne Twitter : revendiquée par un hacker

Et on va quand même commencer par nous intéresser aux explications données par Twitter sur son blog officiel. D’après eux, cette panne serait en réalité liée à un bug en cascade. Qu’est ce que c’est ? Hum, disons que c’est un peu comme l’effet papillon, mais pour tout ce qui touche à l’informatique. Pas très sympathique, c’est vrai, d’autant plus que ce dernier a contraint les équipes responsables du service à remonter une vieille sauvegarde poussiéreuse histoire d’éliminer le problème. En d’autres termes, cela veut donc dire qu’ils ne savent absolument pas ce qui s’est passé. Généralement, quand on parvient à trouver l’origine d’un bug, on se contente de publier un simple correctif. Remarquez, les ingénieurs de la société sont actuellement en train d’éplucher toute leur infrastructure afin d’éviter que le problème ne se reproduise. Très rassurant, évidemment.

Le mystère reste donc entier. Toutefois, ce qu’il faut signaler, c’est qu’un hacker du nom de Cosmo, officiant pour la team UG Nazi et étant affilié à LulzSec, a revendiqué l’incident. Mieux, toujours selon lui, pour paralyser le service, il aurait simplement mis en place une bonne vieille attaque de type DDoS. Forcément, Twitter a démenti la rumeur très rapidement mais on signalera tout de même que la team UG Nazi n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle s’est déjà attaquée à plusieurs sites importants comme celui de la CIA, CloudFlare ou encore BP.

Maintenant, en ce qui me concerne, je doute quand même fortement qu’une attaque de type DDoS puisse faire tomber un service comme Twitter. Et vous ?

Via

Mots-clés rumeurstwitterweb