Parker Solar Probe a enregistré les murmures du soleil

L’équipe rattachée à la sonde solaire Parker, ou PSP (pour Parker Solar Probe), de la NASA a enregistré, pour la première fois, des murmures provenant du soleil. Depuis plus de 60 ans, les scientifiques de l’agence ont étudié la nature et les caractéristiques du vent solaire grâce à la sonde conçue par l’APL (pour Applied Physics Laboratory ou, en français, Laboratoire de physique appliquée). Le son émis par soleil se perçoit comme des bruits et grincements mystérieux.

L’instrument de Parker Solar Probe appelé FIELDS est capable de détecter les fluctuations des ondes de plasma à l’intérieur du vent solaire, ainsi que leurs interactions avec les particules.

Crédits Pixabay

C’est ainsi que les scientifiques ont procédé pour enregistrer des informations sur la fréquence et l’amplitude de ces ondes. Ils les ont ensuite transformées en fichiers sonores.

« Nous observons le vent solaire, qui naît autour du Soleil. C’est très différent de ce que nous voyons ici, sur Terre », a déclaré Nour Raouafi, un responsable de projet APL.

Comme le son d’un ouragan

En quittant le soleil, le vent solaire s’accélère et émet une sorte de sifflement comparable à celui d’un ouragan. Composé d’électrons, de protons et d’ions lourds, le vent solaire traverse le système solaire à environ 1,6 million de km/h, en ravageant tout ce qui se trouve sur son chemin. Il peut provoquer des interférences sur les satellites et perturber les réseaux électriques au sol.

Le vent du soleil prend naissance dans la couronne, c’est-à-dire la haute atmosphère du Soleil, où la température s’élève à environ un million de degrés. Il possède aussi une sorte de système de chauffage interne qui l’empêche de se refroidir lorsqu’il traverse l’espace. Ce mécanisme constitue un mystère qui intrigue encore les chercheurs jusqu’à aujourd’hui.

Un lien entre la vitesse du vent solaire et les effets sonores ?

Après 17 mois de lancement et trois orbites autour du Soleil, la mission a permis d’effectuer une nouvelle découverte. Les chercheurs estiment que les caractéristiques étranges du vent solaire proviennent des ondes de plasma. Elles propulsent les électrons à des vitesses très élevées tel un surfeur sur une vague océanique. Ensuite, les particules suivent les lignes de champ magnétique jusqu’à la limite la plus éloignée du système solaire.

« Ce que nous avons vu dépasse l’imagination. Les ondes de plasma jouent certainement un rôle dans le réchauffement et l’accélération des particules. Toutefois, les scientifiques ne savent pas lequel », a expliqué M. Raouafi.

« L’accélération du vent solaire est, en partie, due à ces électrons qui s’échappent. Ceux-ci pourraient être un indice essentiel pour comprendre le processus de réchauffement. Les recherches nous permettront de remonter le temps et de sonder la source de ces électrons jusqu’à la couronne », a déclaré David Malaspina, un membre de l’équipe FIELDS.

Les experts ont noté que le déplacement spectaculaire du vent solaire rend la fréquence des ondes instable et crée un effet sonore. Par contre, ils ne savent pas encore ce qui provoque réellement les murmures.