Le Parlement de Norvège victime d’une cyberattaque

Des pirates informatiques ont attaqué le Parlement norvégien dans le courant du mois dernier. Les cybercriminels ont eu accès aux courriers électroniques de plusieurs députés et employés de la chambre basse. Le nombre exact et les points communs des victimes n’ont pas été précisés par contre.

Une déclaration de Jarle Roheim Håkonsen, chargé de  communications du Parti travailliste, a cependant permis de savoir que plusieurs employés et politiciens du parti travailliste figurent dans la liste des personnes touchées par le piratage. C’est pourquoi l’élu du Parti travailliste Fredric Holen Bjørdal, a déclaré lors de son passage sur le plateau de TV 2, une chaîne de télévision généraliste privée basée en Norvège, qu’un examen complet est de rigueur.

Une femme tapant sur un clavier

Photo de Kaitlyn Baker – Unsplash

L’homme politique norvégien a également précisé qu’ « une institution aussi centrale que le Storting doit résister à de telles attaques».

« Une attaque importante »

Après avoir eu conscience de l’intrusion il y a un peu plus d’une semaine, le parlement norvégien a pris des mesures destinées à stopper l’attaque et connaître l’identité des hackers incriminés.

L’administration d’Oslo a également pris la peine de mettre tous les membres du Storting  (l’unique chambre du parlement norvégien) au courant de l’incident et d’annoncer publiquement la mauvaise nouvelle via un communiqué de presse mardi 1er septembre 2020.

La directrice de l’administration du Parlement, Marianne Andreassen, ne cache pas sa préoccupation face à la gravité de l’attaque. Elle a même déclaré qu’ « il s’agit d’une attaque importante ». Andreassen a cependant tenu à rassurer les parlementaires que des efforts sont déployés pour limiter les dégâts et résoudre l’incident dans les plus brefs délais.

Des données volées

Si l’on en croit Andreassen, le Parlement a commencé par évaluer la portée et l’étendue des dommages. Des analyses préliminaires ont débouché sur la conclusion que les cybercriminels ont volé différentes sortes de données.

L’Assemblé nationale de la Norvège a ensuite fait appel à l’Autorité de sécurité nationale (NSMt). Depuis quelques jours, cet organe du renseignement norvégien fournit une assistance technique au Parlement. Selon Trond Oevstedal, un porte-parole de la NSMt, l’autorité prête également main forte dans les analyses.

Le Parlement norvégien a en outre déposé une plainte auprès de l’Agence de sécurité de la police (PST) qui va aussi mener sa propre enquête sur l’affaire.  Pour éviter de subir d’autres attaques à l’avenir, le Storting envisage de renforcer sa sécurité informatique.

Mots-clés norvège