Parler, réseau social préféré des complotistes et pro-Trump, de retour avec un message pour ses « lovers et haters »

Parler est le réseau social préféré des complotistes et pro-Trump, encore plus depuis le bannissement du dirigeant des Etats-Unis (jusqu’au 20 janvier) de Twitter. Beaucoup d’utilisateurs pensent que les démocrates ont truqué les élections pour faire gagner Joe Biden dans un pays plus divisé que jamais. Sans oublier que les plateformes traditionnelles mènent des bannissements massifs contre les comptes appelant à la haine. Seul Parler autorise ces discours contraires à la loi. Un statut d’outsider qui aura valu au réseau social d’être banni de l’App Store et du Play Store, avant d’être mis hors-ligne par son hébergeur, Amazon.

Mais aujourd’hui, Parler est de retour, comme l’explique ScreenRant.

Crédit : Parler

Et le réseau social polémique a un message pour ses « lovers et haters ».

Parler assume totalement sa position de réseau social polémique

John Matze, dirigeant de Parler, assume totalement le statut si particulier de son réseau social et annonce son retour prochain. Après qu’Amazon ait refusé d’héberger le service, l’homme se félicite d’un come back attendu par les partisans d’une liberté d’expression qui autoriserait, selon eux, les appels à la haine.

Avant que Parler ne soit mis hors-ligne, John Matze avait qualifié cette décision « d’attaque coordonnée des géants du numérique pour tuer la concurrence ». Pourtant, Apple, Amazon ou Google avaient expliqué que les publications violentes publiées et autorisées sur Parler avaient motivé cette mise à l’écart.

John Matze estime également qu’Amazon a décidé de punir tous les utilisateurs du réseau social alors que Parler n’hébergerait, selon ses dires, qu’une poignée de publications haineuses publiées par de faux comptes. L’homme adresse également un message aux « lovers et haters » du réseau social, expliquant « nous pensons que la vie privée est primordiale et que la liberté d’expression l’est tout autant, notamment sur les réseaux sociaux ».

Pour le moment, John Matze n’annonce pas de date définitive pour le retour de Parler. Mais nul doute que malgré les efforts des géants du numérique, il est très difficile de museler une parole, même haineuse.

Et Parler en profite largement, autorisant des publications violentes et complotistes, contrairement à Twitter, Facebook ou Snapchat, qui a également banni Donald Trump. Le réseau social est notamment devenu un lieu stratégique pour Lin Wood, théoricien du complot assumé à la large audience.

Mots-clés désinformation