Particle Health : pour un meilleur accès aux données médicales

La start-up new-yorkaise Particle Health vient de réaliser une levée de fond d’un montant de 12 millions de dollars sous la direction de la firme de capital-risque Menlo Ventures. Spécialisée dans la collecte et le partage de données médicales, la jeune entreprise espère à travers cet investissement, renforcer l’usage de son API pour améliorer le fonctionnement du système de santé américain.

La disponibilité des données médicales joue en effet un rôle important dans la prise de décision pour le traitement d’un malade. Ces données sont stockées par les établissements de soins depuis des années, mais sont difficilement accessibles, y compris pour le patient. Le contexte de la pandémie et l’existence de plusieurs fournisseurs de soins donnent encore plus d’importance à ces informations.

Santé connectée

Crédits Pixabay

D’après le fondateur de Particle Health, Troy Bannister, la start-up exploite déjà son API auprès de huit sociétés de télémédecine ayant accès, jusqu’à présent, à 1,4 million de dossiers de patients.

Des dossiers médicaux plus accessibles

Bien qu’il existe plusieurs sociétés spécialisées dans la collecte et la mise à disposition de données médicales, ces sociétés sont limitées à un réseau hospitalier en particulier. La technologie de Particle Health permet de surpasser cette limitation et les développeurs d’applications pour la santé peuvent accéder via l’API au réseau hospitalier dans son intégralité.

L’autre avantage de Particle Health est sa capacité à assurer la confidentialité et la portabilité des données. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Menlo Ventures a décidé de soutenir la plateforme. Les fonds obtenus seront alors investis dans les produits et dans l’ingénierie en mettant l’accent sur l’amélioration de l’expérience des développeurs et des utilisateurs, précise Bannister.

Un outil supplémentaire pour lutter contre la pandémie

Pour la petite histoire, Bannister est un ancien technicien médical et ingénieur logiciel ayant travaillé pour Google. La société Particle Health quant à elle, est actuellement évaluée à 48 millions de dollars. Elle possède une portée impressionnante de 250 à 300 millions de dossiers aux États-Unis et un taux de réussite de 85 % lors de la recherche de l’historique médical d’un patient.

Très récemment, la start-up a mis gratuitement son API à la disposition des organisations travaillant sur les cas de COVID-19. Bannister espère ainsi que l’importante quantité de données médicales dont Particle dispose pourra « apporter une aide en matière de triage, de dépistage, de santé publique et de retour à la vie quotidienne dans les mois à venir. »

Mots-clés APIe-santé