Tout n’est pas encore perdu pour Huawei

Parmi les points importants que l’on peut retenir de la présidence de Donald Trump, il y a la guerre commerciale acharnée que celui-ci a menée contre la Chine. En effet, sous la direction de Trump, le Département du Commerce des Etats-Unis a attaqué la Chine sur plusieurs fronts, économiquement parlant. Ainsi, des dizaines de compagnies chinoises ont été mises sur une liste noire commerciale, une situation leur interdisant entre autres toute transaction avec des entreprises américaines. Parmi la liste de ces sociétés bloquées, il y a par exemple Huawei, le constructeur de puces électroniques SMIC, le fabricant de drones SZ DJI Technology, ainsi que Hikvision.

Avec l’arrivée de Joe Biden au pouvoir, il est possible que l’on assiste à un certain changement dans la méthode utilisée par l’administration américaine concernant le cas de la Chine, notamment celui de Huawei. Le mardi 26 janvier dernier, Gina Raimondo, celle qui a été nommée par Biden à la tête du Département du Commerce des Etats-Unis, a en effet indiqué qu’elle s’engageait à protéger les réseaux de télécommunication des USA des entreprises chinoises. Toutefois, elle a déclaré qu’elle refusait de soutenir la décision qui garde Huawei Technologies dans la liste noire économique des Etats-Unis.

Crédits Pixabay

On peut ainsi dire qu’il y a encore de l’espoir pour Huawei en ce qui concerne une éventuelle entente commerciale avec les Etats-Unis.

Protéger à tout prix le peuple américain

Au cours de sa prise de parole devant l’US Senate Commerce Committee, Raimondo, Gouverneur du Rhode Island, a déclaré qu’elle allait utiliser tous les outils à sa disposition pour protéger les Américains et le réseau des Etats-Unis contre toute interférence ou influence de la Chine. Elle a notamment nommé les entreprises chinoises Huawei et ZTE Corp.

Notons qu’en décembre dernier, le Congrès Américain avait approuvé une enveloppe de 1,9 milliard de dollars pour financer le replacement des équipements Huawei et ZTE au niveau des réseaux du pays.

A lire aussi : L’AppGallery de Huawei se refait une beauté

Le cas de Huawei divise

Concernant le cas de Huawei, le Sénat n’a pas manqué de poser des questions par rapport à ce qu’avait déclaré Raimondo. Ainsi le Sénateur Ted Cruz a demandé directement à cette dernière si elle allait garder le géant chinois sur la liste noire. Raimondo a répondu qu’elle allait revoir la politique, consulter le Sénat, consulter le monde de l’industrie, consulter les alliés, et finalement évaluer ce qui serait le mieux pour la sécurité et l’économie nationale.

De leur côté, le Représentant Michael McCaul, républicain et membre du House Foreign Affairs Committee, ainsi que le Sénateur républicain Ben Sasse, ont tous les deux critiqué la décision de Raimondo de ne pas vouloir maintenir Huawei dans la liste noire. Selon Sasse, Huawei reste toujours la marionnette du Parti Communiste Chinois et donc une menace sérieuse pour la sécurité nationale.

A lire aussi : Des nouvelles du Huawei P50 Pro

Attendons ainsi de voir comment la nouvelle administration des Etats-Unis va finalement gérer cette situation avec la Chine et ses compagnies technologiques.

Mots-clés huawei