Pass sanitaire : les faux QR Codes sont-ils efficaces, que risquez-vous ?

Emmanuel Macron a annoncé lundi une série de nouvelles restrictions pour les personnes ne disposant pas d’un pass sanitaire. Autrement dit, les personnes n’étant pas encore pleinement vaccinées contre la Covid-19.

Ces annonces ont été très mal vécues par une majorité des Français et de nombreuses personnes mal intentionnées se sont alors lancées dans le commerce, a priori juteux, des faux pass sanitaires et des faux QR Codes.

Une personne en train de préparer une injection
Crédits Mufid Majnun – Unsplash

A lire aussi : Bientôt un vaccin oral contre la Covid-19 ?

Mais ces derniers sont-ils réellement efficaces ? Plus important, que risquez-vous en cas de contrôle ? On fait le point.

Dès l’annonce des nouvelles mesures mises en place en France, des milliers d’annonces ont commencé à apparaître en ligne. Des annonces proposant toutes aux internautes de faux pass sanitaires, contre rémunération.

Le prix, on s’en doute, est élevé. Un faux pass sanitaire coûte en moyenne entre 150 et 350 € en fonction de l’endroit où vous l’achetez. Les réseaux sociaux sont d’ailleurs largement mis à contribution. Que ce soit sur Instagram, Twitter ou encore Snapchat et Facebook, les propositions sont nombreuses. Il n’est donc pas nécessaire de se rendre sur le darknet pour trouver chaussure à son pied.

Toutefois, ces annonces n’ont en réalité que très peu d’intérêt.

Falsifier un QR Code de vaccination, pas si facile

Si vous vous êtes fait vacciner et si vous avez reçu votre seconde dose, alors vous savez qu’une attestation vous est remise à l’issue de l’intervention.

Cette dernière prouve que vous avez bien reçu votre seconde dose, et donc que vous êtes pleinement protégés contre la Covid-19 et le virus qui en est à l’origine, le SARS-CoV-2.

Pour vous éviter de devoir conserver ce document chez vous, et pour vous identifier plus facilement, un QR Code est placé sur cette attestation. Il suffit alors de le scanner à l’aide de l’application TousAntiCovid pour l’ajouter automatiquement au carnet vaccinal de l’application. Par extension, cela veut aussi dire que votre smartphone fera office de sésame et qu’il vous permettra d’accéder aux endroits où seules les personnes protégées contre la Covid-19 sont admises.

Vous trouverez ici tous les détails et toutes les modalités au sujet de ce fameux pass sanitaire.

Les annonces que vous trouvez en ligne vous proposent donc de vous fournir un QR Code en échange d’une rémunération comprise entre 150 et 350 €, et ce même si vous n’êtes pas vaccinés.

Toutefois, et c’est sans doute le plus important, la falsification d’un QR Code n’est pas chose facile.

En effet, les autorités françaises ont collaboré avec des spécialistes de la cryptographie afin de sécuriser le précieux sésame. Lorsqu’un QR Code est généré par le biais de l’une des organisations aptes à délivrer le pass sanitaire, cette dernière utilise une clé numérique secrète pour générer une empreinte numérique unique.

De son côté, l’application TousAntiCovid intègre aussi une clé (publique cette fois) qui va vérifier l’authenticité du QR Code. Il est donc en théorie très difficile de falsifier ces codes. Sans la clé, une clé unique délivrée à chacune des organisations autorisées à émettre le pass sanitaire, ces derniers ne serviront à rien.

La seule solution est donc de bénéficier d’une complicité interne. Et donc de s’appuyer sur une personne travaillant pour le centre de vaccination ou l’Assurance maladie. Néanmoins, des contrôles réguliers sont effectués sur place et les rares personnes qui ont proposé de fausses injections ont toutes été suspendues.

A lire aussi : Covid-19 : Si vous ne vous faites pas vacciner, vous êtes potentiellement une “usine à variants”

Que risquez-vous si vous utilisez un faux pass sanitaire ?

Ce qui nous amène à une autre question, particulièrement importante : que risquez-vous si vous utilisez un faux pass sanitaire ?

Sans surprise, vous risquez gros. Une personne utilisant un faux pass sanitaire pour tenter de contourner les mesures de protection mise en place s’expose à trois ans de prison ferme ainsi qu’à une amende de 45 000 €.

Notez que cette peine est susceptible d’être allongée en fonction des cas.

Il paraît donc nettement moins dangereux de se faire vacciner. D’ailleurs, si vous hésitez encore à franchir le pas, voici un dossier qui pourrait vous intéresser. Il explique en effet les différences entre l’immunité naturelle et l’immunité vaccinale, tout en revenant sur les fameux “effets à long terme” avancés par de nombreuses personnes inquiètes.