Patreon claque la porte au nez des créateurs de contenus pour adultes

Patreon est visiblement décidé à durcir le ton envers les créateurs de contenus pour adultes. L’entreprise a en effet suspendu les comptes de plusieurs acteurs majeurs du milieu, à commencer par celui du collectif érotique Four Chambers. Le tout avec très peu d’explications bien entendu.

Si le nom de Four Chambers vous rappelle vaguement quelque chose, c’est tout à fait normal puisque ce n’est pas la première fois que ce collectif est évoqué dans ces lignes.

Patreon

Il avait effectivement fait l’objet d’un article l’année dernière, plus ou moins à la même époque.

Patreon durcit le ton envers les créateurs de contenus pour adultes

Four Chambers travaille donc dans le domaine de la production de contenus pour adultes. Toutefois, et contrairement à la plupart de ses concurrents, il ne verse pas dans la pornographie brutale et débridée.

Lancé en 2013 par deux amies de longue date, le collectif avait en effet pour but de faire entrer la pornographie dans une nouvelle ère en cherchant à concilier les films pour adultes avec l’art.

Afin de porter cette idée auprès du plus grand nombre, les deux fondatrices du collectif ont opté pour un modèle économique un peu différent des studios spécialisés et elles ont ainsi choisi la voie du crowdfunding… ou du financement participatif dans la langue de Molière et de Tabatha Cash.

Plutôt que de vendre directement les droits d’exploitation de ses films, Four Chambers a donc lancé un Patreon. Les internautes désireux de profiter des films du collectif en version longue devaient ainsi lui verser une certaine somme, une somme fixée à quelques dollars.

Contre toute attente, la recette a pris et le collectif parvenait ainsi à générer près de 27 000 $ de revenus chaque mois, ce qui lui permettait de financer la plupart de ses créations tout en assurant un salaire décent aux différents membres le composant.

Patreon, de son côté, a commencé à durcir le ton envers les créateurs de contenus pour adultes l’année dernière. L’entreprise a effectivement mis à jour ses règles communautaires en octobre afin d’interdire les campagnes portant sur des contenus pornographiques. Cette décision avait été très mal accueillie par la communauté et plusieurs créateurs visés par ces nouvelles règles ont donc écrit une lettre ouverte à l’entreprise en l’accompagnant d’une pétition.

La faute aux partenaires de paiement ?

On pensait que la situation s’était un peu calmée depuis, mais il semblerait que ce ne soit pas tout à fait le cas puisque Four Chambers a perdu l’accès à son compte en début de semaine.

Vex Ashley, une des fondatrices du collectif, a en effet tweeté un message dans lequel elle évoquait la fermeture de son compte. Et effectivement, la page du collectif a été vidée de tout son contenu.

Mais Four Chambers n’est pas le seul à avoir fait les frais de la nouvelle politique de Patreon. En échangeant avec plusieurs figures emblématiques du milieu, Motherboard a effectivement réalisé que d’autres créateurs se trouvaient dans le même cas. C’est notamment le cas de Kate Victoria, une photographe passionnée d’érotisme. Elle a elle aussi perdu l’accès à son compte, mais il semblerait que tout soit rentré dans l’ordre depuis.

Par la suite, nos confrères ont eu l’occasion de s’entretenir avec un représentant de Patreon et ce dernier a confirmé la suspension de plusieurs comptes tout en rejetant la faute sur ses “partenaires de paiement”.

Ce serait en effet ces derniers qui auraient poussé Patreon à prendre de telles mesures. Il faut d’ailleurs rappeler que la plupart des entreprises du secteur refusent sciemment de travailler avec les professionnels du sexe.

Mots-clés patreon