Patreon compte-t-il fermer la porte aux illustrations pour adultes ?

Wareo, un illustrateur taiwanais spécialisé dans le hentai a publié un tweet le 12 mars dernier concernant sa situation vis-à-vis de la plateforme Patreon. Son post est plus tard devenu viral puisqu’il y raconte le fait qu’il a été suspendu par la plateforme sous prétexte que ses illustrations semblaient représenter des mineurs.

Plus tard, l’artiste taiwanais a reçu un message de Patreon expliquant les conditions à respecter dans les animés pour adultes. Le message en question insiste sur les mensurations de certaines parties de la morphologie féminine.

Crédits Pixabay

Toutefois, cette décision de Patreon ne plait pas vraiment aux artistes travaillant dans le domaine du hentai. Ces derniers y voient en effet une sorte de racisme et de xénophobie envers les femmes asiatiques, plus particulièrement envers les Japonaises.

Les caractéristiques « légales » du hentai selon Patreon

Dans le message envoyé par Patreon à Wareo, le représentant de la plateforme insiste sur le fait qu’une petite taille, une grosse tête et de gros yeux vont donner l’impression d’une femme plus jeune.

Selon lui, pour bien montrer qu’un personnage féminin est adulte, le visage est très important.

Ainsi, même si le style d’un illustrateur consiste à donner un air innocent et doux à ses personnages, le porte-parole de Patreon indique qu’il ne faut pas oublier que cela va les faire ressembler à des mineurs. Apparemment, dessiner de gros seins et un large bassin ne serait plus suffisant.

L’artiste Wareo a aussi indiqué dans son tweet que Patreon allait maintenant vérifier les sources de trafic des créateurs et limiter l’activité Patreon de ceux qui posteront du contenu « illégal » selon leurs critères.

Ce qu’en disent les professionnels

À première vue, cette décision de Patreon semble irriter les artistes spécialisés dans les illustrations pour adultes et ceux travaillant dans le domaine. BobBQ, le copropriétaire de Kupaa Networks qui fournit des services pour adultes, a partagé le tweet de Waero tout en exprimant son propre opinion sur le sujet. D’après lui, Patreon a constamment abaissé la norme en ce qui concerne les contenus interdits. Cette manœuvre leur est certainement bénéfique d’un point de vue légal, mais a des répercussions sur les artistes et les créateurs qui veulent percer dans le domaine.

De son côté, le critique des médias japonais Haru Nicol a déclaré que cette nouvelle politique de Patreon concernant les personnages des animés était raciste et xénophobe. Selon ses dires, cette politique se base sur une perception occidentale de la féminité, et les femmes japonaises semblent jeunes pour les Occidentaux, ce qui démontre bien un côté raciste et xénophobe. Le critique admet que certaines formes d’illustration comme les lolicon et les shotacon montrent effectivement du contenu pédo-pornographique et représentent ainsi de vrais problèmes, cependant, il a critiqué l’approche radicale de la plateforme vis-à-vis de la pornographie.

On peut dire que le hentai est encore un domaine assez mal compris par les médias occidentaux. En tout cas, l’avenir nous dira si les créateurs d’illustrations pour adultes accepteront de se conformer à la politique de Patreon ou s’ils préféreront trouver une autre plateforme pour exposer leurs œuvres.

Mots-clés patreon