#PayForYourPorn, un hashtag pour sauver le porno

Les gens de l’industrie du porno ne sont pas contents et le font savoir à travers le hashtag #PayForYourPorn qui se traduit littéralement par « Payer pour votre porno. » La raison de ce mouvement est simple : les réalisateurs, les acteurs et les producteurs de films X ont en marre de se faire voler leur travail  par les plateformes de vidéos en ligne.

En plus de dénoncer le piratage de leur contenu par certains sites, ils pointent également du doigt les consommateurs qui en profitent.

Cette initiative a été créée en 2014 par des acteurs et actrices qui ont voulu se battre pour leur droit et sauver leur gagne-pain. À travers ce hashtag, ils incitent les consommateurs à payer pour les contenus pornographiques qu’ils visionnent afin de « maintenir cette branche cinématographique viable. »

Malheureusement, en quatre ans, la situation n’a pas évolué, mais ceux qui travaillent dans l’industrie pornographique continuent de lutter pour sauver le porno.

Ils passent à l’action

Voyant que le hashtag n’a pas servi à grand-chose, Greg Lansky, un producteur de films pour adulte, a décidé de passer à la vitesse supérieure en portant plainte contre un millier de personnes qui ont téléchargé illégalement des contenus produits par sa société de production Strike 3 Holdings par l’intermédiaire de BitTorrent.

Malheureusement pour le producteur, certains prennent le sens inverse. Erika Lust, une réalisatrice suédoise qui a publié sur Twitter l’histoire d’une actrice de porno a assuré que les sites illégaux de vidéos en ligne étaient bénéfiques à sa carrière, car ils lui feraient de la publicité.

Le PornHub Awards dans la ligne de mire

Les individus issus de l’industrie du porno se sont attaqués au PornHub Awards qui contribue, selon eux, à faire couler le porno. « Cela me fait de la peine de voir que certaines célébrités se rendent au PornHub Awards alors qu’ils se fichent totalement des travailleurs et travailleuses du sexe. » a déclaré la camgirl, Mia Cherry.

D’autres ont ajouté que PornHub ne faisait « toujours rien pour aider l’industrie », car il permet à des internautes de voter pour des acteurs qu’ils ne rémunèrent même pas. D’après la performeuse Siri, les consommateurs continuent de « regarder les mêmes clips volés sur les sites. Les films pour adultes ne seront plus suffisamment rentables. »

Selon elle, si cela persiste, l’industrie ne pourra plus conserver les « stars existantes ou en attirer de nouvelles. »

Mots-clés nsfy