Paypal abandonne WikiLeaks

Après Amazon, c’est donc au tour de Paypal de baisser les bras et de tourner le dos à WikiLeaks. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce dernier aurait violé leur charte d’utilisation en enfreignant la loi. Oui, les enfants, vous avez bien lu, les entreprises privées sont désormais capables de se substituer à un juge et même à un tribunal. Comme ça, les doigts dans le nez. Si elle est pas belle, la vie !

Et c’est du grand n’importe quoi. Rappelons en effet qu’à ce jour, aucun jugement n’a été rendu et qu’il existe un chouette truc qui s’appelle « présomption d’innocence ». Pour ceux qui ne connaissent pas (et ils ont l’air plutôt nombreux), on rappellera juste qu’un suspect est innocent jusqu’à ce que soit fait la preuve de sa culpabilité. Certes, WikiLeaks a bien diffusé des informations secrètes, mais aucun juge ne l’a rendu coupable de quelque forfait que ce soit.

Dans ce contexte, l’attitude d’Amazon et de Paypal est tout simplement anti-démocratique. Ce n’est pas à une société privée de juger de la culpabilité d’un prévenu. L’argument de Paypal ne tient donc pas la route et cette décision purement arbitraire prouve tout simplement que la firme ne respecte pas ses propres engagements. Et ça, de mon point de vue, c’est beaucoup plus grave que les actions menées par WikiLeaks.

Honteux.

Via

Mots-clés paypalpolitiqueweb