Paytm accuse Google de comportement anticoncurrentiel

Le vendredi 18 septembre, une application de paiement en ligne très utilisée en Inde disparaît de Google Play Store. Aux alentours de midi vingt, heure locale, le compte Twitter @Paytm déclare à ses abonnés que l’appli Android « sera de bientôt retour ».

Un second tweet arrive à 16h 38, le même jour, annonçant le rétablissement de la situation avec un « […] we are back ! » triomphant. Akash Karmakar, un juriste qui représente diverses compagnies technologiques, déclare que si la société d’Alphabet appliquait le règlement à tout le monde, beaucoup d’autres applis devraient être bannies.

En 2017, Google a supprimé plus de 700.000 applications présentant du “contenu interdit” de son service Google Play. Un grand nettoyage de printemps opéré tout au long de l’année.

Il paraît très clair que la jeune entreprise indienne a dû faire faire quelques changements pour continuer à travailler avec Google.

Google propose aussi sa plateforme de paiement en Inde

Si l’entreprise technologique américaine détient une très grande partie du marché indien, Paytm atteint également plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs réguliers. Cette dernière est une startup très populaire avec seulement dix ans au compteur, mais elle travaille avec des partenaires très sérieux comme Softbank, Berkshire Hathaway, ou SAIF Partners, entre autres.

Le président de One97 Communication, la société qui possède Paytm, se plaint que Google soit à la fois « un acteur qui régule l’écosystème », et un concurrent pour d’autres entreprises locales. Google Pay est effectivement une plateforme de paiement mobile en ligne également disponible en Inde, offrant des services similaires à l’application supprimée temporairement. Pour la société basée à proximité de Delhi, il y a bien un conflit d’intérêts.

Paytm aurait violé les règles de Play Store

Le géant technologique de la Silicon Valley a instauré une règle interdisant de présenter des paris sportifs ou des casinos en ligne. En gros, les jeux qui permettent de « gagner de l’argent réel ou des prix en espèces ». En dirigeant ses utilisateurs vers la plateforme PayTM First Game, une application de sport fantastique, Paytm aurait violé la politique de Play Store.

Pour sa défense, Google avait déjà mis en garde l’appli de paiement, un peu plus tôt avant l’éviction. Dans le passé, la firme californienne avait déjà retiré des plateformes qui faisaient de la redirection vers les paris en ligne lucratifs, comme FanCode et SportsTiger. Actuellement, la chaîne de streaming Disney +Hotstar aurait également reçu un avertissement, car elle glisse subrepticement des annonces sur des applications de sports de fantaisie.

Suzanne Fréy, responsable de sécurité et de la confidentialité d’Android, a affirmé que les sanctions sont « […] appliquées de manière cohérente à tous les développeurs ».

Mots-clés googlePaytm