Pedro Rodrigues Filho ou l’histoire du véritable Dexter

Pedro Rodrigues Filho, alias Pedrinho Matador, est sans doute l’un des tueurs en série les plus héroïques et les plus meurtriers de l’histoire de la criminalité. Comme tous les serial-killers, il a sa propre signature : il découpe un morceau du cœur de sa victime et le mâche avant de le recracher. S’il prétend avoir tué plus de cent personnes, les autorités brésiliennes ont recensé soixante-et-onze meurtres retenus à sa charge.

Né le 17 juin 1954 dans une ferme à Santa Rita do Sapucaí, Pedro a commis son premier assassinat à l’âge de quatorze ans. Son père battait sa mère quand celle-ci était encore enceinte de lui, ce qui lui a valu une crane fracturée dès sa naissance. A treize ans, il a failli tuer un cousin plus âgé lors d’une bagarre en le poussant dans une presse à canne à sucre.

Meurtre

Pedrinho Matador a tué pas moins de dix personnes avant ses dix-huit ans. Au cours de sa vie, il a connu trois arrestations (en 1973, en 2003 et en 2011). Finalement, il a été condamné à 272 ans de prison.

Né pour tuer

Sa première victime était le vice-maire d’Alfenas, dans l’État de Minas Gerais, qui venait de mettre son père à la porte. Ce dernier, qui occupait le poste de gardien d’école, avait été soupçonné d’avoir volé de la nourriture dans les cuisines. Sa seconde victime était un autre gardien présumé être le vrai coupable.

Lorsqu’il habitait à Mogi das Cruzes, dans l’État de São Paulo, Pedrinho a fait la rencontre Maria Aparecida Olympia. Cette dernière avait ensuite été tuée par les membres d’un gang. Dans l’espoir de retrouver l’identité du gangster qui a assassiné sa bien-aimée et de la venger, il a torturé et exécuté de nombreuses personnes.

Pedrinho a également commis un parricide en prison, car son père a massacré sa mère à la machette. C’est d’ailleurs durant sa détention qu’il a abattu le plus de victimes, soit quarante-sept codétenus, ce qui a aggravé sa sentence.

Un sociopathe justicier ?

En 2007, après trente-quatre ans d’incarcération, il a été libéré, car au Brésil, les prisonniers ne passent pas plus de trente ans dans le bagne. Il avait, par la suite, été appréhendé chez lui à Balneário Camboriú, une ville côtière au sud de São Paulo. Il était accusé d’incitation à la révolte et de séquestration.

A la fois criminel et justicier, Pedrinho n’est pas tout à fait haï dans son pays. Il s’est déclaré ennemi de plusieurs autres assassins, comme Francisco de Assis Pereira, alias « Le maniaque du parc ».