Cette peinture blanche peut réfléchir 98 % de la lumière et elle pourrait tout changer

Des chercheurs de l’Université Purdue, aux Etats-Unis, ont conçu une peinture « ultra-blanche ». Les scientifiques affirment effectivement que cette peinture reflète plus de 98% de la lumière du soleil. Outre son utilisation de cette peinture dans le bâtiment, les scientifiques déclarent que leur peinture ultra-blanche pourrait jouer un rôle majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Saviez-vous que la peinture blanche pouvait apporter de la fraîcheur ? Or, fraîcheur signifie moins d’utilisation du climatiseur et cela équivaut ainsi à une économie d’énergie. D’après le professeur Xiulin Ruan, chercheur principal, les peintures blanches disponibles actuellement dans le commerce ne reflètent qu’entre 80 à 90% de la lumière du soleil.

Crédits Pixabay

Et selon ce chercheur, « c’est un gros problème car chaque pourcentage de réflectance que vous obtenez se traduit par 10 watts par mètres carrés de chaleur du soleil en moins ».

Des toits plus blancs pour réduire les dépenses en eau ?

Peindre les toits en blancs pourrait effectivement être une solution climatique urbaine facile. BBC nous rapporte d’ailleurs que New York a décidé de revêtir plus de 929.000 mètres carrés de toits en blanc et l’Etat de Californie va peut-être lui emboîter le pas.

Des études ont montré que des toits frais réduisent la demande d’énergie et créent des températures ambiantes plus basses, ce qui réduit la quantité d’eau utilisée pour l’irrigation des villes. Le professeur Ruan et son équipe estiment d’ailleurs qu’il faudrait « peindre 1% de la surface de la Terre avec cette peinture (…) pour aider à lutter contre la tendance au changement climatique ».

Cette peinture ultra-blanche sera vendue au même prix que les peintures classiques

Pour créer cette peinture, les chercheurs ont utilisé un composé appelé sulfate de baryum qui s’utilise également dans la fabrication de papier photo et de produits cosmétiques. Le professeur Ruan explique ainsi que son équipe et lui ont utilisé « une concentration très élevée de particules composées et nous utilisons beaucoup de tailles de particules différentes, car la lumière du soleil a des couleurs différentes à différentes longueurs d’onde ».

Désormais, les chercheurs collaborent avec une entreprise pour produire et vendre leur peinture. Selon eux, cette dernière ne devrait pas coûter plus cher que les peintures actuellement disponibles. Le professeur Ruan déclare même avoir reçu une demande d’un musée qui souhaite mettre en place une exposition de cette peinture ultra-blanche côte à côte avec du matériau à la couleur ultra-noire appelé Vantablack créé en 2014 par une société dénommé Surrey NanoSystems.