Pékin veut mettre un terme aux strip-teases durant les enterrements

Chaque pays possède une ou deux traditions qui sortent de l’ordinaire et qui peuvent étonner voire même choquer les personnes qui n’y ont pas été initiées. Par exemple, dans l’Empire du Milieu, il est d’usage de faire appel à des stripteaseuses durant des funérailles.

Pourquoi cela ? Eh bien tout simplement pour célébrer correctement la vie du défunt ! D’après les Chinois adeptes de cette tradition, cela permettrait également d’attirer le plus de monde possible aux obsèques.

Si certains ne voient aucun mal à cette tradition, le ministère de la Culture chinois ne voit pas d’un très bon œil cette pratique. Pékin se donne pour objectif de garantir la dignité des enterrements. En 2015, le ministère avait annoncé au Wall Street Journal qu’il allait travailler avec la police pour interdire ces « divertissements érotiques » durant les funérailles.

Trois ans plus tard, le ministère de la Culture chinois a réitéré son envie de mettre un terme à cette coutume très courante dans les campagnes chinoises.

Mettre fin à la vulgarité et à l’obscénité

Pékin veut partir en croisade contre les provinces du Henan, de l’Anhui, du Jiangsu et du Hebei où faire appel aux stripteaseuses durant les enterrements est monnaie courante. D’après le ministère de la Culture chinois, ces pratiques n’ont pas lieu uniquement durant les funérailles, mais aussi pendant les mariages.

L’institution qualifie ces performances de « vulgaires et obscènes ». D’après ce que rapporte le journal d’État, des femmes vêtues de lingerie sexy se donnent en spectacle sur scène devant un écran qui montre la photo du défunt accompagnée du texte suivant : « Nous présentons nos sincères condoléances pour la mort de cet homme. » Durant les prestations des danseuses exotiques, les invités éclatent de rire et font du bruit.

Le ministère ne lésine pas sur les moyens

Cette tradition existe depuis longtemps en Chine. Durant la dynastie Qing, la pratique voulait que l’on soit « heureux pendant les funérailles et triste pour les mariages. » Apparemment, les Chinois vivant dans la campagne ont pris cette instruction un peu trop à la lettre, car à l’époque, il n’a en aucun cas été question de stripteaseuse.

Aujourd’hui, le ministère de la Culture chinois a décidé de créer une hotline pour que les gens puissent signaler les « écarts de conduite funéraires ». Ceux qui signaleront de telles pratiques recevront une récompense financière.

D’après le Global Times, les personnes qui continueront à s’adonner à ces pratiques seront sévèrement punies.