Pendant ce temps, un trou noir est en train de manger une toile de galaxies

Les trous noirs font partie des plus grands mystères de l’Univers : ce sont de véritables monstres cosmiques qui se nourrissent de tout ce qui a le malheur de tomber en eux. Il y a même ce qu’on appelle les trous noirs supermassifs qui sont de véritables ogres et qui peuvent engloutir des galaxies entières sans pitié ni distinction, du moment qu’elles se trouvent à proximité.

C’est au fur et à mesure qu’ils se nourrissent que les trous noirs grandissent, et jusqu’à présent, les astrophysiciens avaient toujours pensé que cette croissance prenait des milliards d’années… Oui, mais ces certitudes sont actuellement mises à mal par de récentes découvertes.

La représentation d'un trou noir

Crédits Pixabay

Dans une nouvelle étude publiée le 1er octobre dernier dans la revue Astronomy & Astronomics, un groupe international de chercheurs a en effet annoncé avoir découvert un trou noir vraiment immense qui aurait vu le jour environ un milliard d’années après la naissance de l’Univers.

Un trou noir préhistorique et extrêmement vorace

Des galaxies prises dans la « toile » d’un trou noir préhistorique : c’est ce que les chercheurs ont découvert grâce au Very Large Telescope (VLT) de l’Observatoire européen austral (ESO). Elles sont près de six à être menacées par le fameux trou noir, qui lui, se trouve à la limite de l’espace-temps.

La zone en question (qui est 300 fois plus grande que la Voie lactée) est si loin que la lumière émise par la toile de galaxies a mis 900 millions d’années après le Big Bang pour parvenir jusqu’à nous. Et d’après la taille du trou noir, les chercheurs estiment qu’il a déjà dû engloutir l’équivalent d’un milliard de soleils. Impossible de ne pas être impressionné par autant de voracité !

À lire aussi : Où l’on reparle de la théorie qui fait de Planet Nine un trou noir

Une découverte qui change beaucoup de choses ?

Lorsqu’ils ont découvert ce trou noir préhistorique, les chercheurs ont été vraiment surpris, car ils ne pensaient pas qu’il pouvait en exister de si grands et encore moins si tôt après la naissance de l’Univers ! Comme l’explique Françoise Combes, « avant, on pensait que les trous noirs étaient petits et qu’ils croissaient au fil du temps, sur 13 milliards d’années. Mais le fait d’en trouver aussi tôt dans l’histoire de l’Univers montre qu’ils ont évolué beaucoup plus rapidement ».

Cette découverte pourrait en tout cas changer pas mal de choses dans notre perception de l’Univers, notamment en ce qui concerne notre compréhension des trous noirs supermassifs et de leur évolution. « Ces trous noirs supermassifs, quelle que soit la manière dont ils se sont formés initialement, doivent se développer dans des endroits spéciaux de l’univers, riches en gaz et en galaxies, à partir desquels il est possible d’obtenir le matériau pour croître si prodigieusement », a notamment indiqué Marco Mignoli, astronome à l’Institut national d’astrophysique de Bologne en Italie, et principal meneur des recherches publiées dans la revue Astronomy & Astronomics.

Bientôt avec le James Webb Space Telescope (lancement prévu en octobre 2021), les chercheurs pourront observer les fins fonds de l’Univers avec davantage de clarté et peut-être découvrir d’autres trous noirs supermassifs, voire même trouver la trace de civilisations extraterrestres !

À lire aussi : On a découvert un nouveau type de trou noir

Mots-clés trous noirs