Phasmophobia : Le jeu en ligne horrifique du moment a de grands projets

Chaque mois, un nouveau jeu populaire sort de nulle part et attire l’attention de tous les joueurs. Si ces derniers s’amusent sur Fall Guys et Among Us, un petit nouveau a fait son apparition, développé par un studio indépendant, Kinect Games. Un titre répondant au nom de Phasmophobia, dont le principe est simple, mais diablement efficace. Entre un et quatre joueurs doivent enquêter sur la présence d’un fantôme dans un lieu, qui peut être une maison, une ferme, une école, voir un asile, sur plusieurs étages ou non. Des objectifs sont à remplir et les spectres peuvent être invoqués de différentes façons pour les identifier et gagner de l’argent.

La reconnaissance vocale a une grande place, puisqu’elle permet de parler aux fantômes. Le vocal est indispensable.

Crédit : Kinect Games

Dans une interview pour IGN, Dknighter, développeur de Kinect Games, partage ses ambitions pour un jeu en ligne dont la popularité explose, notamment avec le second confinement, et médiatisé par les streamers.

Phasmophobia doit ajouter de nouveaux systèmes, annonce le studio

Phasmophobia a beau être un jeu ultra populaire, son développement a été réalisé, au début, par une seule personne, Dknighter. Le jeu en ligne a donc son lot de bugs et autres problèmes techniques, parfois embêtants pour jouer sereinement. De ce côté, l’homme explique que « la prochaine update sera majeure en termes de stabilité et correction ». Le développeur planche également sur de nouveaux systèmes, et ce contenu « sera groupé avec de grosses mises à jour ».

Quant à la possibilité de PvP, où un joueur incarnerait le fantôme, Dknighter balaie cette proposition. Phasmophobia repose réellement sur la chasse aux fantômes en groupe, avec des réactions imprévisibles. Une expérience à plusieurs que l’homme souhaite conserver, précisant qu’il « ne compte pas ajouter un autre mode de jeu, car cela modifierait l’essence du jeu, et l’éloignerait de ce que je cherche ».

Le développeur précise vouloir « que ça reste un jeu à quatre contre une IA, l’équilibrer et ajouter des fonctions autour de cette proposition ».

Ces ajouts seront les bienvenus pour un jeu en ligne qui, bien que fun, trouve vite sa limite une fois les lieux explorés, les mécaniques saisies, etc.