Phobos et Deimos seraient les restes d’une plus grande lune martienne

Phobos et Deimos font tous les deux partie des satellites de la planète Mars. Découverts en 1877 par l’astronome américain Asaph Hall, ils ont été baptisés suivant les noms de deux dieux jumeaux de la mythologie grecque, fils d’Arès et d’Aphrodite. Phobos possède une largeur d’environ 22 km tandis que Deimos est large de 12 km.

Récemment, des chercheurs ont découvert un fait nouveau concernant ces deux lunes de Mars. D’après les résultats de leur étude, publiée dans la revue Nature Astronomy, ces deux objets spatiaux seraient en fait des fragments d’un plus grand satellite qui aurait éclaté après une collision avec un autre objet pouvant être un astéroïde. Selon les scientifiques, cet événement a pu avoir lieu il y a un à 2,7 milliards d’années. Ils sont arrivés à cette conclusion après avoir procédé à des simulations basées sur les données sismiques recueillies par la mission InSight de la NASA. Leur but était de déterminer l’histoire des orbites des deux satellites.

Crédits Pixabay

D’après les explications du Dr Amir Khan travaillant à l’Université de Zurich et à l’Institut de Géophysique de l’ETH Zurich, leur idée était de retracer les orbites et les changements qui ont eu lieu dans le passé. Les résultats ont ainsi montré qu’à un certain point, Phobos et Deimos se sont croisés, signifiant qu’ils ont été au même endroit et ont donc la même origine.

Des lunes sortant de l’ordinaire

Phobos et Deimos sont des satellites assez curieux. Les astronomes ont d’ailleurs passé des décennies à essayer de comprendre leur origine, et aussi leur forme particulière. Selon Amirhossein Bagheri, doctorant à l’Institut de Géophysique de l’ETH Zurich, les deux objets ressemblent à des patates. Il a aussi ajouté qu’ils ressemblaient plus à des astéroïdes qu’à des lunes.

La forme de Phobos et de Deimos est quelque chose d’inhabituel dans l’espace. En effet, les planètes et les lunes tendent à devenir rondes avec le temps, dû à la force de gravité qui s’exerce sur elles.

Un autre point curieux vient aussi du fait que les deux lunes ressemblent à des astéroïdes, pourtant leurs orbites sont loin de correspondre avec cette théorie. Il peut arriver qu’un astéroïde flottant dans l’espace se retrouve en orbite autour d’une planète. Toutefois, lorsque cela arrive, l’objet entre en orbite suivant un angle particulier relatif à la planète et reste dans cette orbite. Cette dernière est souvent excentrique et présente une élongation à l’une de ses extrémités. Lorsqu’on regarde les orbites des deux satellites, elles sont presque circulaires et s’alignent à l’équateur de Mars.

Ce que révèlent les données

Pour en savoir plus ce qu’il se passe avec Phobos et Deimos, les astronomes de Zurich ont rassemblé les données sur les propriétés des roches constituant les deux lunes, et les ont combinées avec les mesures prises par d’autres sondes martiennes. Cela leur a permis de modéliser un phénomène spatial connu sous le nom de forces de marées. Le principe de ce phénomène est que chaque objet spatial exerce une certaine force sur ses voisins. L’ampleur de la force de marée dépend de plusieurs facteurs comme la proximité, la masse, ainsi que la composition des objets inclus dans l’équation.

En ce qui concerne Phobos et Deimos, il est assez facile de calculer la distance entre les deux objets et leurs masses respectives. Quant à la composition, il est plus difficile de la déterminer puisque l’on n’a encore jamais obtenu d’échantillons provenant des deux satellites. Toutefois, d’après les estimations, les deux lunes sont constituées d’un matériau très poreux possédant une densité très faible. Selon les mesures faites par InSight, cette densité serait de 2g/ cm3, ce qui est plus léger que la craie dont la densité est de 2,5g/ cm3.

Ces données ont ainsi permis aux scientifiques de connaitre l’histoire des deux objets et aussi leur origine commune. Les chercheurs ont pu déterminer que la lune d’origine était plus éloignée de Mars que Phobos, et son orbite pourrait être similaire à celle de Deimos.

Pour ce qui est du futur, les astronomes prédisent que Phobos, à cause de sa proximité avec Mars, va finir par s’écraser sur la planète, et ce dans moins de 40 millions d’années. Ce sera le contraire pour Deimos qui est en train de s’éloigner petit à petit de sa planète hôte, et finira par se libérer.

s https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-9290551/Phobos-Deimos-remnants-larger-Martian-moon-blown-apart-one-billion-years-ago.html et https://www.nature.com/articles/s41550-021-01306-2.epdf?sharing_token=QEusWvzYEp1a9YUjKdZzltRgN0jAjWel9jnR3ZoTv0MmLokWiXQQn6azzfx_tSOBHwmNY3AHRx1ovQnrx5jjfmm4apl4g6YDon3ckzxgHTpdkGyCMP_9xRyyG154hGSsPoZYpE3NPBXWUFIeajsDOiYzhU76N8ZIppaJfthC0urWntBmNAjA8wsYgu8sLDZEOsuClDYsEDbJIMgEwtACR6bcAxRU9RP68iBrOnbi-iI%3D&tracking_referrer=www.dailymail.co.uk