Photl, des photos libres de droit pour tous vos projets…

L’image coûte cher. Mais en même temps, c’est aussi ce qui marche à fond depuis quelques temps. Ainsi, de nos jours, avoir une bonne idée ne suffit plus. Non, il faut encore pouvoir la mettre en avant et attirer ainsi l’attention des consommateurs. Or, trouver de bonnes images libres de droit, ce n’est pas toujours facile, et c’est précisément pour cette raison que l’on peut saluer l’initiative de Photl, un service qui va vous permettre d’illustrer tous vos projets sans débourser un rond.

photl1

photl2

D’entrée de jeu, ce qui frappe avec Photl, c’est la qualité de sa réalisation. Très épurée, dotée d’un visuel léché, tout est fait pour vous permettre de trouver efficacement les photographies de votre choix. On peut ainsi citer le moteur de recherche et le bouton associé qui vous offre la possibilité de sélectionner, en un clic, la teinte désirée. De la même manière, en cliquant sur le lien qui va bien, il est possible d’afficher automatiquement les images les plus populaires. Très pratique, surtout si vous êtes doté d’autant d’inspiration qu’une huitre anorexique perdue au milieu d’un plat de fruits de mer succulents. Et puis, on peut aussi citer les éternels tags, qui ne sont finalement là que pour vous rappeler qu’on se trouve bien sur un site web 2.0 super branché.

Mais bon, le point vraiment important, ce sont les images. Bah oui, une galerie d’images sans images, c’est finalement autant utile qu’un P.S au 21ème siècle. Et justement, en la matière on peut dire que Photl ne fait pas dans la dentelle (oh, que je suis drôle) puisque toutes les images libres de droit hébergées font au moins 4.368 pixels par 2.912. On joue donc sur la grosse résolution, celle qui tâche et qui ne manquera pas d’impressionner vos collègues. Oui, parce que chez les graphistes, je peux vous assurer que la taille est un argument de poids.

photl3

Côté brouzoufs, toutes les images proposées sont entièrement gratuites et peuvent être utilisées dans tous vos projets, y compris dans ceux qui vous rapporteront du fric. Les entreprises sont donc libres d’utiliser la banque d’images comme bon leur semble. Et vu qu’elles n’auront du coup plus besoin de passer par des photographes professionnels, elles pourront faire des économies tout en contribuant à la chute vertigineuse du P.I.B de notre beau pays, en passe d’ailleurs de rejoindre le Tiers Monde dont il s’est pourtant beaucoup moqué par le passé.

Oui, donc tout le monde peut télécharger sans vergogne le contenu exposé par Photl, certes, mais avec tout-de-même une toute petite limitation de rien du tout. Ainsi, le gratuit a une limite, il a même une frontière et cette dernière pèse 45Mo par jour. Au-delà, il vous faudra donc sortir la carte bleue, et toutes les emmerdes qui viendront avec. Mais bon rassurez-vous, votre humble serviteur a testé un peu le service et les photographies, en très haute résolution, n’excèdent généralement pas les 8mo. Et d’ailleurs, au passage, j’ai une pensée émue pour la photographie du plat de nouille que je viens tout juste de télécharger et qui ne me servira sans doute jamais. Du moins je l’espère.

Et justement, c’est un peu là que le bât blesse. Oui, parce que si le catalogue de Photl est encore tout récent et qu’il ne contient pour le moment que 159.615 photographies, ces dernières sont très loin d’être transcendantes. Entre les citrons, la tranche de gigot et les œufs, il faut avouer que tous les professionnels n’y trouveront pas leur compte. Moralité, si vous voulez utiliser Photl, il vaut mieux vous lancer dans la cuisine ou bien dans le culte du plat de nouilles.

Cela dit, Photl reste un service à surveiller de près. Juste au cas où…

Mots-clés pratiqueweb 2.0