Phuc Dat Bich s’est bien foutu de nous !

Phuc Dat Bich fait beaucoup parler de lui depuis le début de la semaine et cela n’a rien de surprenant car il s’est lancé dans un véritable bras de fer contre une des entreprises les plus puissantes du web : Facebook. Le célèbre réseau social refusait effectivement de valider la création de son compte à cause de son nom et cette drôle d’histoire a rapidement fait le tour du web.

Elle s’est même retrouvée à la une de tous les médias spécialisés, poussant Mark Zuckerberg et ses acolytes à changer leur fusil d’épaule et à accepter la création du compte de notre jeune australien.

Phuc Dat Bich

Phuc Dat Bich n’a jamais existé. Et on s’est tous fait avoir.

L’affaire aurait pu en rester là mais Phuc Dat Bich a publié un nouveau statut ce matin pour annoncer que toute cette histoire n’était qu’une vaste mascarade.

Pour Phuc Dat Bitch, les journalistes et les blogueurs sont de véritables crève-la-faim

Qu’est ce que ça veut dire ? Tout simplement que notre gars s’est complètement foutu de nous.

Si l’on en croit sa publication, alors il s’est lancé dans cette belle aventure humaine suite à une simple plaisanterie avec ses camarades. Il a d’ailleurs été le premier surpris de l’engouement suscité par son histoire et il s’est même délecté de voir les journalistes et les blogueurs tomber aussi facilement dans le panneau.

Et attention car Phuc ne mâche pas ses mots. Il remet carrément en cause la crédibilité des médias et il associe en plus les journalistes à des crève-la-faim prêts à tout pour décrocher un peu de visibilité.

Sympa, non ? Sur le principe il n’a pas forcément tort bien sûr mais il y a tout de même un point qui lui échappe totalement : si son histoire a autant ému les internets, ce n’est pas parce que les médias en ont parlé mais parce qu’il est devenu un symbole de la discrimination qui vise certaines minorités.

Phuc est devenu un symbole mais il n’en a visiblement pas conscience

En se moquant des journalistes et des blogueurs qui se sont rangés à ses côtés, il piétine aussi les valeurs qu’ils ont défendu.

Et ça, de mon point de vue, c’est plutôt grave parce que la prochaine fois qu’une telle histoire arrivera à quelqu’un, alors les gens n’auront peut-être pas envie de prendre parti et de s’élever contre les décisions arbitraires prises par Facebook ou n’importe quelle autre multinationale.

Puisqu’on en parle, il faut d’ailleurs savoir que Phuc n’est pas le seul à avoir vu son compte se faire bloquer.

Non, il est arrivé exactement la même histoire à une jeune fille la semaine dernière. Pourquoi ? Parce qu’elle s’appelle Isis Anchalee et son prénom renvoie à l’acronyme de l’Etat Islamique. Mais bon, il s’agit peut-être aussi d’une blague alors il est sans doute préférable de ne pas en parler.

Mots-clés facebookinsoliteweb