Pi a maintenant son exoplanète

Les experts continuent de chercher activement de nouvelles exoplanètes. Pour le moment, la communauté scientifique en a répertorié environ 4000. La découverte de ces planètes est importante pour les chercheurs, car leur étude permettra d’en apprendre plus sur notre Système solaire.

Les scientifiques ont pour habitude d’analyser les données enregistrées par les engins spatiaux pour détecter des exoplanètes. Cette technique a une fois de plus fait ses preuves. En étudiant les archives du télescope spatial Kepler, utilisé pour la mission K2, des chercheurs du Massachussetts Institute of Technology (MIT) ont pu remonter jusqu’à une nouvelle exoplanète.

Crédits Pixabay

Cette exoplanète dite « Pi », en raison de sa période orbitale qui est de 3,14 jours, a été baptisée K2-315b.

Une exoplanète extrêmement rapide

D’après le site Phys.org, les chercheurs ont repéré les signaux émis par cette exoplanète en étudiant des données enregistrées par le télescope Kepler, en 2017. Ils se sont ensuite servis du réseau de télescopes SPECULOOS (Search for habitable Planets EClipsing Ultra-cOOl Stars) pour confirmer la présence de K2-315b.

En dehors de sa période orbitale qui est égale à la constante mathématique Pi, K2-315b se distingue par sa vitesse. Les scientifiques ont été surpris de voir que cette exoplanète tournait autour de son étoile à une vitesse de 81 km/s.

À lire aussi : On a réussi à repérer une exoplanète avec des ondes radios

Une planète inhabitable

K2-315b est le 315ème système planétaire à avoir été découvert grâce aux données de la mission K2. Selon les estimations des chercheurs, le diamètre de cette planète représente 0,95 fois celui de la Terre. Elle orbite autour d’une étoile dont la masse équivaut à un cinquième de celle du Soleil.

Les chercheurs ont indiqué que cette exoplanète était inhabitable. Cela serait dû en grande partie à sa proximité avec son étoile. K2-315b afficherait une température avoisinant les 450 kelvins.

« Il y fait trop chaud pour vivre », a souligné Prajwal Niraula, étudiant au sein du MIT.

La récente découverte de K2-315b incite les scientifiques à poursuivre la recherche de nouvelles exoplanètes :

« Nous savons maintenant que nous pouvons exploiter et extraire des planètes à partir de données d’archives, et nous espérons qu’il n’y aura plus de planètes laissées pour compte, en particulier ces planètes vraiment importantes qui ont un impact important. »

Cette étude menée par les chercheurs du MIT a été publiée dans la revue Astronomical Journal.

À lire aussi : Une IA a permis de découvrir 50 nouvelles exoplanètes