PimEyes, le moteur de recherche qui permet de retrouver toutes les photos d’une personne

PimEyes est un outil de reconnaissance faciale gratuit qui permet aux utilisateurs de trouver leurs photos ou celles d’une autre personne sur Internet. Depuis son ouverture, il compte actuellement six mille membres. Pourtant, la plateforme a reçu de nombreuses critiques de la part des défenseurs de la vie privée. Ces dernières craignent en effet que des personnes malintentionnées puissent s’en servir pour faire du harcèlement.

Ce site polonais a été créé en 2017 comme un simple projet de loisir, mais il a attiré l’attention grâce à un article publié sur Medium.

Un oeil photographié en macro

Crédits Pixabay

Il est plutôt simple à utiliser. Il suffit de télécharger n’importe quelle image ou de prendre une photo en temps réel et tous les clichés mis en ligne associés au visage recherché s’afficheront.

En outre, une option payante, souscrite par trois cent cinquante internautes, permet de recevoir une alerte lorsque le visage recherché apparaît ou a été publié sur Internet. Pour ce faire, l’algorithme utilise les données disponibles sur les sites accessibles au public.

Une puissante technologie à la portée des particuliers

Le site de reconnaissance faciale a rencontré un problème après avoir utilisé des images des médias sociaux. Il a rassemblé plus de trois milliards de photos qui sont utilisées par le FBI, la sécurité intérieure et d’autres services de police du monde entier en provenance de Facebook, Twitter et YouTube. Les trois plateformes lui ont alors demandé d’arrêter.

« Cette puissante technologie de surveillance commercialisée auprès des particuliers est effrayante. Elle fait courir des risques sans précédent aux femmes et aux enfants. Elle permettra une surveillance étatique, un contrôle commercial et même un harcèlement à une échelle inimaginable », a déclaré Silkie Carlo, directeur de Big Brother Watch.

PimEyes a reconnu avoir travaillé avec la police, en alimentant Paliscope, un outil logiciel utilisé par les forces de l’ordre. Toutefois, la start-up a souligné que les images téléchargées sur son site ne sont ni sauvegardées ni indexées. Les empreintes d’un visage seraient seulement encodées et retenues de façon temporaire sur les serveurs.

À lire aussi : Microsoft rejoint le mouvement de protestation contre la reconnaissance faciale

Un service premium

« Chaque outil pourrait être utilisé de la mauvaise manière, mais notre politique de confidentialité empêche les gens de l’utiliser à des fins de harcèlement. Si vous y avez trouvé des visages uniquement postés sur Facebook, cela signifie que quelqu’un d’autre l’a déjà publié ailleurs », a déclaré un porte-parole de PimEyes dans un e-mail.

PimEyes propose également un service premium qui permet de saisir jusqu’à vingt-cinq images et d’être averti à chaque fois que l’une de ces photos est mise en ligne. L’idée serait de protéger la vie privée de chaque individu contre les faux profils, les fuites d’images et l’utilisation non autorisée de ses photos.

À lire aussi : IBM fait une croix que la reconnaissance faciale