Piratage : le gouvernement veut mettre en place une liste noire

Françoise Nyssen, l’actuelle ministre de la Culture, envisage de mettre en place une liste noire de sites pirates afin de faciliter les mesures de blocage auprès des fournisseurs d’accès, une liste actualisée en permanence.

Le gouvernement français a clairement une dent contre le piratage et il l’a fait savoir par le biais de son actuelle ministre de la Culture. Lors d’une entrevue menée par l’AFP, cette dernière s’est en effet laissée aller à quelques confidences et elle a ainsi indiqué à nos confrères qu’elle envisageait la mise en place d’une liste noire réactualisée en permanence afin de faciliter le blocage des sites contrevenant aux droits d’auteur.

Google Maps Pirates

L’idée serait assez simple à la base et cette fameuse liste permettrait aux autorités ou aux ayants droit de signaler rapidement les sites distribuant des contenus protégés sans en détenir les droits.

Une liste noire pour accentuer la lutte contre le piratage

De leur côté, les fournisseurs d’accès pourraient s’appuyer sur cette liste pour bloquer les adresses de ces sites et empêcher ainsi les internautes utilisant leurs DNS d’accéder à leur contenu.

Toutefois, Françoise Nyssen n’aurait pas l’intention de limiter cette liste à l’usage des fournisseurs d’accès et cette dernière pourrait également être communiquée aux moteurs de recherche ou encore aux réseaux d’annonces publicitaires afin de restreindre la visibilité des pages de ces sites tout en bloquant leur monétisation.

La gestion de cette liste pourrait pour sa part être confiée à la sulfureuse Hadopi et donc à la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet. Créée en 2009, cette dernière s’est surtout focalisée sur les réseaux torrents jusqu’à présent et cette liste pourrait parfaitement venir compléter son arsenal.

Grâce à elle, la haute autorité serait effectivement en mesure de bloquer plus facilement les sites de DDL ou même de streaming.

Une mesure qui soulève de nombreuses questions

En soi, cette annonce n’a rien de surprenant puisque diverses organisations représentant l’industrie du cinéma ont reproché au début de la semaine le manque d’engagement du gouvernement dans la lutte contre le piratage. Françoise Nyssen et son équipe semblent donc avoir entendu leurs griefs et cette liste pourrait donc être la réponse du gouvernement à leurs reproches.

Le problème, bien sûr, c’est que cette liste soulèverait de nombreuses questions sur le plan juridique. À l’heure actuelle, les blocages mis en place chez les fournisseurs d’accès doivent être validés par une action de justice. Ce qui ne serait a priori pas le cas avec cette liste.

En outre, Françoise Nyssen et son équipe semblent aussi avoir oublié que le blocage par DNS n’a absolument rien de définitif. Il peut en effet être contourné très facilement en modifiant les DNS configurés et en passant par des serveurs tiers, comme ceux de Google ou encore de Cloudflare.

Mots-clés politiqueweb