Piratage, SVOD… Le point sur le téléchargement légal et illégal en France pendant le confinement

Le confinement en France a amené des millions de foyers à adopter de nouveaux comportements de consommation. Car face à la pandémie de coronavirus, l’État demande aux Français de rester chez eux en dehors de déplacements vitaux. Et pour passer le temps chez soi, rien de mieux de consommer du dématérialisé, qu’ils s’agissent de jeux vidéo ou de SVOD avec les plates-formes comme Netflix, Disney+, OCS, MUBI… C’est justement sur cette consommation de séries et films en streaming qui a été l’objet d’une étude dévoilée par Hadopi. Un baromètre qui scrute la consommation légale et illégale des Français en plein confinement.

Et pas de surprise, la consommation de contenu en streaming a augmenté, qu’il soit légal ou non.

Un regard intéressant alors qu’une étude dévoilait récemment la consommation de jeux vidéo pendant la pandémie.

Le streaming légal connaît un beau succès parmi les Français

L’offre légale attractive porte ses fruits, notamment en période de confinement. Car depuis plusieurs années, il est possible de profiter de catalogues fournis contre un simple abonnement en général assez accessible, entre 6 et 8 euros. Sans oublier que les plates-formes de SVOD proposent du contenu exclusif qui pousse à la consommation avec une qualité au rendez-vous – certains programmes sont devenus rapidement cultes.

À tel point que même cette offre légale est préconisée par les Français, comme l’explique Hadopi, avec une augmentation de 63% en cette période de confinement – contre 56% en 2019. Du côté de la consommation illégale, le chiffre diminue également avec 21% – contre 26% l’an dernier. Au niveau des séries, un quart des sondés expliquent passer par la voie légale. Un résultat qui n’étonne pas : avec une meilleure offre plutôt que la répression, les acheteurs se tournent vers la SVOD.

Le streaming connaît un tel engouement que parmi les Français interrogés, 53%, soit plus de la moitié, précisent que cette consommation est essentielle en période de confinement. Vient ensuite le sport avec 40% – après tout, le jogging est également autorisé en cette période de confinement avec une attestation.

Nul doute qu’avec le lancement dernier de Disney+, immédiatement hissé numéro deux en France derrière Netflix, la progression de la consommation légale risque d’être conséquente pour le reste de l’année 2020.