Pirates des Caraïbes : ces détails qui pourraient vous avoir échappé

Dix-huit ans après sa sortie, il n’est pas acquis que tous les secrets du premier volet de Pirates des Caraïbes aient été percés, et en particulier par des spectateurs pas forcément attachés aux détails. Projecteurs sur quelques anecdotes.

Sa sortie américaine avait eu lieu en juillet 2003, et ses premières projections hexagonales observées le mois suivant. Donc non, ce n’est vraisemblablement pas pour célébrer son dix-huitième anniversaire avec un retard certain qu’AlloCiné a choisi de revenir sur Pirates des Caraïbes.

Le film ayant connu quantité de suites, il convient de préciser que c’est le tout premier, sous-titré “La Malédiction du Black Pearl”, dont il va être question dans les prochaines lignes.

Pirates des Caraïbes : un reliquat du Seigneur des Anneaux

Parmi les anecdotes relevées par nos confrères, on pourra retenir en premier lieu celle ayant trait à l’affrontement entre les personnages de William Turner et Jack Sparrow, respectivement interprétés par Orlando Bloom et Johnny Depp. À un moment donné, on peut observer un tatouage sur le poignet droit du forgeron. Il s’agit du chiffre “9” en langue elfique, “9” faisant référence aux neuf comédiens du Seigneur des Anneaux ayant intégré la Communauté de l’anneau.

Du fait d’être d’une production Disney, Pirates des Caraïbes ne pouvait possiblement pas échapper à une ou plusieurs références à Mickey. Un consensus ne semble pas exister à ce sujet, mais certains s’accordent à penser qu’après le tir d’un canon, la forme prise par les nuages au clair de lune rappelle la tête de la célèbre souris.

Jack Sparrow aurait puisé son inspiration dans un véritable pirate de la fin du XVIe siècle et nommé Jack Ward. Ce dernier se faisait appeler “Birdy” (“Oiseau”), tout comme Sparrow signifie “moineau” en français. Jack Ward s’était converti à l’islam et aurait alors adopté le nom de Yusuf Raïs. Le film apparaît faire référence à cette conversion avec le croissant et l’étoile à cinq branches, symboles de l’islam, affichés sur l’une des médailles de Jack Sparrow.

Pour terminer sur le capitaine, la cicatrice rouge visible en bas de son visage et grossissant au fur et à mesure des suites découlerait d’une plaisanterie entre Johnny Depp et son maquilleur. Des fans sont allés jusqu’à y voir un effet secondaire de la syphilis.